Kalray : L’entrée de NXP Semiconductors au capital de Kalray dope le cours de cette pépite tricolore



(BFM Bourse) – L’ex-division micro-processeurs de Philips, NXP, va prendre 10% du capital de la société française à l’origine d’une nouvelle génération de processeurs, dits intelligents en raison de leur capacité à percevoir et interagir avec leur environnement. L’action Kalray en profite, d’autant que l’opération s’effectue sans décote sur le cours de Bourse.

Kalray reçoit le soutien de NXP Semiconductors par le biais d’une augmentation de capital menée sans aucune décote sur le dernier cours, une caractéristique peu fréquente en temps normale et encore moins en pleine phase de baisse des marchés. Le groupe néerlandais (spin-off de la division de semi-conducteurs du géant Philips, aujourd’hui l’un des leaders mondiaux du secteur) va ainsi investir 8 millions d’euros au capital de Kalray, dont le cours prend 8,81% à 17,30 euros vers 10h25.

Cette transaction vise à renforcer le partenariat entre NXP et Kalray, annoncé il y a un an au CES 2019, afin de développer et déployer une plateforme matérielle et logicielle commune, sûre, fiable et évolutive pour véhicules autonomes, allant du niveau L2 (autonomie partielle) au L5 (autonomie complète).

L’opération prend la forme d’une augmentation de capital réservée à NXP, qui va souscrire 503.461 actions Kalray, lui conférant environ 9,95% du capital de la firme tricolore et de ses droits de vote. Le prix unitaire…



Lire l’article

Le géant du prêt-à-porter H&M a démarré l’année sur les chapeaux de roue… avant le Covid-19



(BFM Bourse) – Hennes & Mauritz, plus connu sous le nom de H&M, a fait état vendredi matin de résultats en nette hausse sur son premier trimestre décalé (de décembre à février), son bénéfice net ayant plus que doublé sur la période. Le titre avance nettement à la Bourse de Stockholm. Mais H&M prévient néanmoins que le deuxième trimestre sera « naturellement très affecté par la situation (…) donc déficitaire ».

Rare grand groupe à présenter des comptes trimestriels à cette période -en raison d’un exercice décalé, son premier trimestre ayant été clos fin février- H&M a fait part de résultats en nette progression au premier trimestre, portés par des ventes meilleures que prévu, notamment sur Internet. Les revenus du groupe ont augmenté de 8% pour atteindre près de 55 milliards de couronnes suédoises, soit légèrement plus de 5 milliards d’euros.

Le bénéfice net sur la période ressort à 1,9 milliard de couronnes suédoises (176 millions d’euros) contre 803 millions un an plus tôt, ce qui correspond à une progression de 130%. Toutefois, prévient déjà le groupe, « le deuxième trimestre sera naturellement très touché par la situation face au coronavirus et sera donc déficitaire ».

Au 31 mars, 3.778 magasins sur 5.065 (74%) étaient fermés. Les ventes nettes n’ont cependant diminué « que » de 46% en monnaie locale par rapport à mars 2019, précise le mastodonte scandinave. Cela…



Lire l’article

NICOX : Vers un test de la moyenne mobile à 100 jours




https://www.tradingsat.com/nicox-FR0013018124/conseils/nicox-vers-un-test-de-la-moyenne-mobile-a-100-jours-907949.html



Lire l’article

CAC 40 : L’indice parisien a ouvert la séance en baisse de -0.38%




https://www.tradingsat.com/cac-40-FR0003500008/actualites/cac-40-lindice-parisien-a-ouvert-la-seance-en-baisse-de-038-907953.html



Lire l’article

Un tweet de Trump enflamme les cours du pétrole


Points clés de l’article :

  • Un tweet met le feu au marché
  • Un fort rebond qui n’infirme pas encore la tendance baissière

Un tweet met le feu au marché

Le président Trump a déclaré que l’Arabie Saoudite et la Russie allaient réduire leur production de 10 millions de baril par jour après avoir parlé avec le prince Mohammed Bin Salman mardi. Il a précisé que le prince Mohammed et Vladimir Putin s’étaient entretenus pour arriver à un accord sur les prix. Dans un tweet il parle d’une réduction pouvant aller jusqu’à 15 millions de baril.

Mais un porte-parole de Putin a démenti cette discussion téléphonique et l’Arabie Saoudite ne confirme pas de réduction de sa production mais appelle à une réunion entre tous les pays. Elle précise que les Etats Unis, le Mexique, le Canada et tous les pays hors-Opep devaient participer à l’effort de réduction. Aucune date n’a été fixée pour cette réunion.

Les prix de pétrole ont bondi de 35% sur le tweet de Trump avant de se replier. L’objectif des 15 millions paraît trop ambitieux si un accord était trouvé. Une réduction de 10 millions signifierait une réduction de 45% de la production actuelle russe et arabe ce qui serait sans précèdent.

Un fort rebond qui n’infirme pas encore la tendance baissière

Le pétrole s’est envolé suite à un tweet de Trump. Les cours ont bondi pour rejoindre la résistance à 28,50 USD. Après les nuances apportées par la Russie et l’Arabie…



Lire l’article

Le franc suisse gagne du terrain face à l’euro


SUJET ÉVOQUÉS DANS CETTE ANALYSE DE LA PAIRE EUR/CHF

  • Les prix à la consommation reculent en glissement annuel
  • L’euro reste sous pression face au franc suisse

Les prix à la consommation reculent en glissement annuel

Les prix à la consommation en Suisse se sont contractés de 0,5% sur un an au mois de mars, d’après les relevés de l’office fédéral de la statistique malgré une légère hausse en variation mensuelle.

Lors de sa dernière réunion trimestrielle de politique monétaire, la Banque nationale suisse a revu sa prévision d’inflation pour 2020. Alors qu’elle prévoyait initialement une inflation de 0,1%, elle s’attend désormais à un recul des prix de l’ordre de -0,3% cette année.

Tout en prenant des pincettes dans ses prévisions compte tenu des incertitudes quant à l’ampleur et les répercussions de la pandémie de coronavirus, la BNS dit s’attendre à une reprise de l’inflation de 0,3% en 2021, puis de 0,7% en 2022.

Maintenant, intéressons-nous comme à l’accoutumée à la partie technique.

L’euro reste sous pression face au franc suisse

Graphiquement, l’euro souffre face au franc suisse et ne parvient pas à reprendre de la hauteur. Malgré une tentative de sortie par le haut du canal, les prix sont incapables de casser la résistance mensuelle à 1,0630 couplée à la moyenne mobile 50 périodes. Ce seuil technique est le pivot clé à franchir pour parler de reprise haussière dans une optique de court terme. Certes, le marché…



Lire l’article

Cac 40 : Grâce au rebond du pétrole, le CAC 40 résiste aux mauvais chiffres de l’emploi américain



(BFM Bourse) – Après 4,3% de repli mercredi, le CAC 40 a au moins stoppé sa chute jeudi en reprenant 0,33%. Si les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont dépassé le niveau record de la semaine précédente (soit près de 10 millions de chômeurs supplémentaires cumulés en 15 jours), la Bourse de Paris a suivi celle de New York, rassurée par l’interventionnisme de Donald Trump sur le marché du pétrole.

Au lendemain d’une lourde rechute (-4,3%) face à la progression incontrôlée du virus aux États-Unis, le marché parisien a opéré « une stabilisation technique », comme l’attendait John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud Securities, soutenu par le rebond des cours du pétrole savamment orchestré par le président des Etats-Unis.

Malgré un coup de mou dans le sillage de l’annonce des inscriptions hebdomadaires au chômage, l’indice a terminé la séance comme il l’avait commencé, en légère hausse. De 0,33% précisément à 4.220,96 points, dans un volume à nouveau en légère diminution de 3,85 milliards d’euros.

L’espoir d’une médiation des Etats-Unis dans la guerre des prix à laquelle se livrent l’Arabie Saoudite et la Russie a soutenu la tendance en matinée, même si les opérateurs restaient sur leurs gardes en vue de l’annonce des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis. Et comme la semaine précédente, le…



Lire l’article

L’euro est en baisse avant le NFP


Points-clés de l’article sur l’EUR/USD :

  • L’aversion au risque soutient le dollar
  • Le rapport de l’emploi américain attendu vendredi à 14h30
  • Le cours de l’EUR/USD pourrait revenir à 1,0778

L’aversion au risque soutient le dollar

Malgré l’explosion du nombre de nouveaux chômeurs aux Etats-Unis (près de 10 millions en plus en à peine deux semaines), l’euro continue à reculer face au dollar. L’EUR/USD évolue même à un plus bas d’une semaine. Cela s’explique principalement par le regain d’aversion au risque qui ne profite pas à l’euro, mais bien au dollar.

En effet, les marchés semblent redevenir averses au risque depuis le début de la semaine. Le yen et le dollar surperforment les autres devises majeures tandis que les obligations sont en hausse et les actions en baisse.

Cette aversion au risque s’explique probablement par les statistiques macroéconomiques décevantes à travers le monde, sauf en Chine qui semble redémarrer plus vite que prévu. La hausse du nombre de contaminés et de décès au COVID-19 en Europe et aux Etats-Unis représente également un facteur qui incite les investisseurs à la prudence.

Cela dit, la tendance pourrait éventuellement s’inverser à l’issue de la publication du rapport de l’emploi américain de mars publié demain à 14h30. Le consensus table sur un taux de chômage en hausse à 3,8% et 100,000 destructions d’emplois aux Etats-Unis.

Le cours de l’EUR/USD pourrait revenir à…



Lire l’article

Pétrole brent : Trump vend aux marchés un accord de limitation de la production, le pétrole s’envole


Trump vend un accord de limitation de production, le pétrole bondit

(BFM Bourse) – Le président américain Donald Trump a vanté jeudi -sur son réseau social favori- un possible accord entre l’Arabie saoudite et la Russie, jusqu’ici engagés dans une guerre des prix, en vue de réduire la production de pétrole de 10 à 15 millions de barils par jour. En réaction, les cours du Brent et du WTI ont bondi de plus de 30%.

Deux tweets ont suffi à propulser de 30% les cours des principales références mondiales de pétrole brut. Via son réseau social de prédilection, Donald Trump a publié un premier message: « Je viens de parler à mon ami MBS (le prince héritier, NDLR) d’Arabie saoudite, qui a parlé avec le président Poutine et j’espère et je m’attends à ce qu’ils réduisent (leur production, NDLR) d’environ dix millions de barils, et peut-être nettement plus ». Jugeant peut être le chiffre pas assez convaincant, il a rapidement ajouté dans un second tweet que « cela pourrait même aller jusqu’à 15 millions de barils. Bonne (excellente) nouvelle pour tout le monde! » s’est réjoui le président américain.

Dans les instants qui ont suivi, les barils les plus traités sur les marchés, le Brent et le WTI, ont chacun bondi de plus de 30%, avant de rétrocéder une partie de ses gains spectaculaires une demi-heure plus tard. À 17h20, le Brent de mer du…



Lire l’article

Marché : La folle croissance de Luckin Coffee bâtie sur un mensonge, le rival chinois de Starbucks s’effondre



(BFM Bourse) – Luckin Coffee vient de lâcher une énorme bombe. Le rival de Starbucks en Chine vient d’annoncer qu’une enquête interne a révélé que son directeur d’exploitation a trafiqué les ventes de l’exercice 2019 pour environ 310 millions de dollars. Le géant chinois du café s’effondre et lâche 80% de sa valeur à l’ouverture de Wall Street. Scandale à Wall Street, le Starbucks chinois a menti sur toute la ligne et perd 80% de sa valeur.

Comment faire s’évaporer 80% de 6,6 milliards de capitalisation boursière en un communiqué ? En révélant une fraude de grande ampleur, comme vient de le faire Luckin Coffee dans un communiqué publié avant Bourse – le groupe avait levé 571 millions d’euros lors de son introduction sur le Nasdaq en mai 2019.

La société qui se rêvait en « Starbucks chinois » a annoncé jeudi qu’une enquête interne a révélé que le montant des ventes en 2019 avait été exagéré d’environ 2,2 milliards de renmibi, soit environ 310 millions de dollars c’est-à-dire… 75% des ventes du groupe sur les trois premiers trimestres de son exercice 2019 !. Le dernier rapport financier publié par Luckin Coffee mentionnait en effet un chiffre d’affaires de 410 millions de dollars sur les neuf premiers mois de l’année, en augmentation de 690% sur un an. Effectivement trop beau pour être vrai…

À l’ouverture des échanges à Wall Street, où la société…



Lire l’article