CAC 40 : Les tensions entre Washington et Pékin vont continuer d’orienter le marché


(BFM Bourse) – Le CAC 40 (-0,02% à 4 444 points vendredi, au lendemain du jeudi de l’Ascension), a terminé sans tendance une semaine pourtant teinté de nervosité, avec le regain très net des tensions diplomatiques entre Washington et Pékin. Le président américain Donald Trump a encore haussé le ton mercredi sur la gestion du coronavirus par la Chine, affirmant qu’elle portait la responsabilité d’une « tuerie de masse mondiale »… Les derniers « pics » en date, de plus en plus provocateurs, de l’administration Trump laissent planer la menace d’un arrêt des activités de sous-traitance d’entreprises chinoises utilisant des composants de conception américaine, et la menace de nouvelles règles restrictives pour les investissements américains dans les sociétés chinoises dont les actions cotent aux Etats-Unis. Autre source potentiel d’accroissement des tensions, et non des moindres : l’annonce par la Chine d’un projet de loi de « sécurité nationale » sur Hong Kong, contre le pouvoir exécutif local, après les mouvements sociaux de 2019.

« Celle-ci permettrait en effet à Pékin d’arrêter plus aisément les personnes portant atteinte à la sécurité nationale et réduirait l’indépendance judiciaire de Hong Kong par rapport à Pékin. Par ailleurs, la liberté d’expression et de la presse pourrait également être fortement réduite, selon les personnes manifestants contre cette loi », note Vincent Boy (IG France).

Concernant…



Lire l’article


L’application Apple et Google sur le Covid-19 et ce qu’elle nous apprend sur l’état du monde


L’application Apple et Google sur le Covid-19 montre la faiblesse des États-nations face aux multinationales et l’absence d’anticipation de ce type d’événement. Espérons que nous en retirerons les leçons de ce test sanitaire à l’échelle mondiale.

Qu’est-ce que l’application Google et Apple pour le Covid-19 ?

Annoncé le 10 avril 2020, l’outil anti-covid d’Apple et Google semble enfin prêt à sortir. Cette application de traçage va permettre à toutes les agences de santé publique de s’appuyer sur la technologie des deux géants de consolider leur propre interface et de la rendre plus performante. En quoi consiste cette application qui n’a de traçage que de nom ? Comment un tel outil va-t-il aider pour combattre la pandémie ? 

Effectivement, cette application api contre le Covid-19 n’a de traçage que de nom. Apple et Google ont assuré que la vie privée de chacun serait préservée. D’une part, l’application ne recueille ni n’utilise l’emplacement de l’appareil. Il est impossible de retracer le cheminement d’un individu avec ce système, chose qui est aisée à faire tout simplement avec les antennes relais.

De plus, tout le système fonctionne sur le choix personnel de l’individu. Il peut décider ou non d’utiliser le système et s’il apprend qu’il a le Covid-19, c’est à…



Lire l’article


Le nouveau géant mondial du café JDE Peet’s veut entrer en Bourse à Amsterdam



(BFM Bourse) – Issu du rapprochement entre Jacobs Douwe Egberts (L’Or, Maison du café, Maxwell…) et Peet’s, le groupe contrôlé par le fonds d’investissement JAB pourrait lever jusqu’à 2 milliards d’euros en deux temps sur Euronext Amsterdam.

Fort d’une activité « relativement résiliente » depuis le début de la crise du Covid-19, le futur géant du café et du thé JDE Peet’s (la structure juridique est encore en cours de constitution) a annoncé mardi son intention de lancer « dans les prochaines semaines » son introduction en bourse sur le marché d’Euronext Amsterdam. L’opération comprendra une augmentation de capital de 700 millions d’euros et une cession de titres de la part des actionnaires actuels d’un montant qui reste à déterminer. D’après des sources concordantes citées par l’AFP, le montant total pourrait cependant atteindre jusqu’à 2 milliards d’euros.

JDE Peet’s prévoit d’ouvrir cette offre au grand public. Le produit de l’opération lui permettra de diminuer son taux d’endettement, qui représente environ 3,6 fois l’Ebitda actuellement.

L’une des plus grosses IPO de l’année

Cette « grosse société néerlandaise devrait lever à peu près 2 milliards d’euros (dont des cessions de titres existants et des émissions de nouvelles actions), c’est l’objectif. Ils visent une introduction en Bourse dans le courant de l’été », a expliqué à l’AFP Camille Leca, responsable des activités de cotation…



Lire l’article


Lumibird : Le champion français des lasers Lumibird fait appel à ses actionnaires pour de futures acquisitions



(BFM Bourse) – Jugeant que la crise actuelle peut lui ouvrir de nouvelles opportunités d’acquisition, notamment pour compléter son éventail de technologies, la firme bretonne lance une augmentation de capital ouverte à l’ensemble de ses actionnaires. L’attribution de DPS permet à ces derniers de souscrire de nouveaux titres au prix préférentiel de 9 euros – exactement le même prix que lors de la levée de fonds de 2018.

Toujours pas rassasié malgré le rachat des activités laser et ultrason de l’australien Ellex Medical, dont la finalisation n’attend plus que le feu vert de l’Australian Competition and Consumer Commission, Lumibird veut poursuivre ses opérations de croissance externe. Le groupe issu en 2017 du rapprochement entre deux spécialistes des systèmes laser, Keopsys et Quantel, voit de nouvelles opportunités d’acquisition se présenter à lui. Pour mieux les saisir, Lumibird entend continuer à renforcer sa trésorerie grâce à une nouvelle levée de fonds.

Le groupe de Lannion, dans les Côtes-d’Armor, veut lever jusqu’à 31,6 millions d’euros, avec possibilité d’extension à 36,3 millions d’euros si la demande le justifie, dans le cadre d’une offre ouverte au public. Concrètement, ses actionnaires recevront lundi 25 mai un droit préférentiel de souscription (DPS) pour chaque action détenue à l’issue de la séance du 21 mai. Il faudra exercer 21 DPS pour…



Lire l’article


Tesla inc. : Pourquoi la réouverture de l’usine de Fremont pourrait permettre à Tesla d’intégrer le S&P 500



(BFM Bourse) – Si Tesla parvient à dégager -contre toute attente- un bénéfice sur le deuxième trimestre 2020, le constructeur de véhicules électriques deviendra éligible au S&P 500. À cet égard, la réouverture avec une semaine d’avance de sa seule usine américaine, pour laquelle le fantasque patron du groupe n’a pas hésité à défier les autorités locales, pourrait être décisive.

Victoire pour Elon Musk. Au terme d’une passe d’armes qui l’opposait aux pouvoirs publics californiens, le patron du constructeur de véhicules électriques a décidé de leur désobéir et de relancer une partie de la production de sa seule usine américaine, à Fremont en Californie. Après avoir menacé de déplacer l’usine au Texas ou au Nevada après la pandémie et avoir porté plainte contre le comté d’Alameda -jugeant que l’interdiction de rouvrir l’usine constituait une « violation constitutionnelle »- la situation s’est apaisée depuis.

Elon Musk avait rouvert l’usine le lundi 11 mai, une semaine avant ce que les autorités locales avaient convenu. Le fantasque PDG l’avait annoncé via Twitter et ne s’était pas privé de défier ces mêmes autorités au passage: « Tesla reprend la production, contre les règles du comté d’Alameda. Je serai dans l’usine avec tout le monde. Si quelqu’un est arrêté, je demande à ce que ce soit moi, et moi seul (il ne l’a pas été, NDLR) », avait-il…



Lire l’article


Cac 40 : La Bourse de Paris reprend 3,9% sur la semaine en dépit des tensions sino-américaines



(BFM Bourse) – Sans surprise, le score n’a pas beaucoup bougé pour le CAC 40 vendredi (-0,02%) au terme d’une séance située au coeur du long week-end de l’Ascension. Le marché parisien signe ainsi un gain hebdomadaire de 3,90%, une performance qui doit tout à l’envolée du début de semaine provoquée par des données encore bien éparses sur un potentiel vaccin contre le coronavirus.

Le renouveau des tensions entre la Chine et les Etats-Unis, qui se confirme ces derniers jours, n’a pas de quoi inciter les investisseurs à l’optimisme. Pour autant, au lendemain d’un recul de 1,15%, le CAC 40 a limité son recul à -0,02% vendredi, à 4.444,56 points. Ce qui conduit l’indice tricolore à afficher un gain de 3,90% pour l’ensemble de la semaine, essentiellement du fait de l’envolée de 5,16% (plus forte hausse depuis mars) enregistrée lundi, sur fond d’annonce par Moderna de données préliminaires sur son vaccin contre le coronavirus et de projet franco-allemand en vue d’un plan de relance budgétaire massif.

Par la suite, les échanges d’amabilités entre Donald Trump et les dirigeants chinois ont sérieusement refroidi l’atmosphère. La perspective de voir Pékin tenter à nouveau de durcir le contrôle exercé sur la « région administrative spéciale » de Hong-Kong via un nouveau projet de loi de « sécurité nationale » a suscité l’inquiétude, avec le risque de nouveaux…



Lire l’article


Les tensions avec la chine affaiblissent le dollar australien


Points clés de l’article :

  • Le retour des tensions avec la Chine
  • Le dollar Australien face à une forte résistance

Le retour des tensions avec la Chine

Aujourd’hui s’est ouvert en Chine le congrès annuel du peuple et le premier ministre Ki Keqiang a dévoilé un plan de 280 milliards de dollar pour aider les gouvernements locaux et relancer l’économie. Pour la première fois Pékin ne fixera pas d’objectif de croissance pour se concentrer sur la lutte contre la pandémie et demande au pays de redoubler d’effort pour relancer l’économie.

Mais ce sont les tensions avec les Etats Unis qui retiennent l’attention des marchés. Depuis deux jours l’escalade est palpable et se focalise sur Hong Kong. Jeudi, la maison blanche a publié un rapport critiquant la politique économique chinoise et les violations des droits de l’homme. Les révélations sur la volonté prêtée à la Chine d’imposer une loi de sécurité nationale à Hong Kong ont conduit à une nouvelle crispation entre les deux puissances. Donald Trump a déclaré que les Etats Unis réagiraient avec force si Pékin menait ce projet à son terme. Ces commentaires s’ajoutent aux accusations sur la gestion du coronavirus.

L’Australie qui s’est joint à ces critiques a beaucoup à perdre d’un point de vue économique, 1/3 de ses exportations est destiné à l’empire du milieu qui est leur premier partenaire commercial. Un projet de sanctions de la part de la Chine contre…



Lire l’article


Nasdaq Composite : Fin de semaine plus terne que le début


(BFM Bourse) – La seconde partie de la semaine aura finalement été beaucoup plus terne que la première, à mesure que ce sont intensifiées les tensions diplomatiques entre Etats-Unis et Chine. L’indice Nasdaq Composite, attendu ce vendredi en légère baisse à l’ouverture, a perdu jeudi 0,97% à 9 284 points.

Concernant les tensions entre Washington et Pékin, le président américain Donald Trump a encore haussé le ton mercredi sur la gestion du coronavirus par la Chine, affirmant qu’elle portait la responsabilité d’une « tuerie de masse mondiale »… Les derniers « pics » en date, de plus en plus provocateurs, de l’administration Trump laissent planer la menace d’un arrêt des activités de sous-traitance d’entreprises chinoises utilisant des composants de conception américaine, et la menace de nouvelles règles restrictives pour les investissements américains dans les sociétés chinoises dont les actions cotent aux Etats-Unis.

Autre source potentiel d’accroissement des tensions, et non des moindres : l’annonce par la Chine d’un projet de loi de « sécurité nationale » sur Hong Kong, contre le pouvoir exécutif local, après les mouvements sociaux de 2019. Une façon de contourner, en cas de vote du projet de loi, le Parlement local, ce qui suscite déjà de nouveaux appels à manifestation sur les réseaux sociaux. De quoi susciter également sans nul doute l’ire de la Maison Blanche.

Côté statistiques ce vendredi, rien à se…



Lire l’article


Cac 40 : Malgré la dégradation des relations sino-américaines, le CAC 40 limite son repli



(BFM Bourse) – En repli de 1,15% jeudi (où la Bourse opérait en dépit d’un jour férié), le marché parisien reste dans le rouge vendredi, mais limite fortement son recul à la mi-séance. Faute d’actualité et en l’absence d’une bonne partie des investisseurs, la tendance apparaît toutefois peu significative.

Le renouveau des tensions entre la Chine et les Etats-Unis, qui se confirme ces derniers jours, n’a pas de quoi inciter les investisseurs à l’optimisme. Pour autant, au lendemain d’un recul de 1,15%, le CAC 40 limite son recul à -0,20% vers 12h25 vendredi, à 4.436,33 – contre une baisse nettement supérieure à 1% en matinée.

La perspective de voir Pékin tenter à nouveau de durcir le contrôle exercé sur la « région administrative spéciale » de Hong-Kong via un nouveau projet de loi de « sécurité nationale » suscite l’inquiétude, avec le risque de nouveaux troubles sur place et la menace de réplique américaine. À ce stade toutefois, ni la Chine ni les Etats-Unis n’indiquent vouloir revenir sur le fragile accord commercial conclu l’an dernier. Mais il est difficile de croire que la tentative affichée de préserver les liens commerciaux résistera longtemps à une dégradation des relations politiques.

Le marché parisien se révèle sans surprise peu animé, au lendemain d’un jour férié (mais ouvert pour la Bourse), beaucoup d’opérateurs ayant pris le chemin d’un…



Lire l’article


Plus de 38 millions d’Américains ont déposé une demande de chômage au cours des 9 dernières semaines


Plus de 38 millions d’Américains ont déposé une demande de chômage au cours des neuf dernières semaines. C’est une augmentation énorme par rapport à ce que nous appelons maintenant la Grande crise financière (GFC) de 2008-2009. Dans la semaine qui s’est terminée le 16 mai, les demandes initiales corrigées des variations saisonnières sont tombées à près de deux millions et demi, soit 250 000 de moins que le chiffre révisé de la semaine précédente.

Le marché du travail en prend un coup

La bonne nouvelle est que les demandes initiales de chômage ont diminué. Cependant, la grande question est maintenant de savoir si ces emplois reviendront une fois que l’économie sera à nouveau ouverte.

Les décideurs politiques parlent d’une « nouvelle réalité » et d’une « nouvelle normalité » après la levée des restrictions en matière de confinement. En effet, cela signifie que les avions voleront avec un nombre réduit de passagers, que les restaurants pourront ouvrir à une capacité limitée et que d’autres restrictions de ce type seront imposées.

Pour les entreprises, grandes et petites, cela signifie qu’elles n’auront pas besoin du même nombre d’employés, car la production diminue en même temps que la demande.

Le rapport a également montré que les demandes continues ont atteint 25 millions de personnes, un autre chiffre montrant l’impact de la situation. Plus d’un travailleur américain sur cinq a déposé une demande…



Lire l’article