Cac 40: Le marché parisien plie face à la multiplication des contraintes sanitaires



(BFM Bourse) – Alors que dans différentes parties du monde, les gouvernements doivent recourir à de nouvelles mesures pour tenter d’enrayer la pandémie de coronavirus, compliquée par l’apparition de variantes, le CAC 40 a chuté de plus de 1% vendredi matin.

Dans la foulée d’un repli des marchés asiatiques (certes contenus à -0,4% à Shanghai et -0,44% à Tokyo), la Bourse de Paris a enregistré une forte baisse vendredi en fin de matinée, alors que les investisseurs, loin de voir un point d’inflexion dans la courbe de contaminations, on ne peut qu’observer la détérioration de la situation sanitaire, obligeant les décideurs à augmenter les restrictions à l’activité.

Aux États-Unis, le nouveau président a décrété une série de mesures, dont la mise en quarantaine pour les voyageurs étrangers. En Europe, la situation est globalement «très grave», a prévenu le président de la Commission européenne. En France un test sera imposé à tous les voyageurs, même en provenance d’un Etat membre, et le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé qu’une course contre la montre se jouait pour éviter un troisième confinement, face à la contagiosité de la nouvelle variante  » English « , que beaucoup interprètent comme une confirmation qu’un tel confinement aura effectivement lieu. Mais la résurgence du virus en Chine, qui connaît sa pire épidémie depuis mars, inquiète également les autorités locales.

Pour aggraver les choses, les premiers résultats des enquêtes mensuelles PMI IHS Markit de janvier révèlent une accélération de la contraction du secteur privé dans la zone euro début 2021. Le taux de croissance de la production est retombé à son plus bas niveau depuis le début de la reprise dans le secteur manufacturier, tandis que dans le secteur des services, l’activité a enregistré sa deuxième plus forte contraction depuis mai 2020, observe l’institut de recherche. L’indice PMI composite IHS Markit Flash est passé de 49,1 en décembre à 47,5 en janvier, signalant une troisième baisse mensuelle. Pour Chris Williamson, chef économiste chez IHS Markit « une récession à double creux semble désormais inévitable pour l’économie de la zone euro, le durcissement des mesures destinées à contenir la propagation du virus continue de peser sur les performances des entreprises ».

Dans ce contexte, l’indice parisien recule de 1,09% à 5 529,95 points en fin de matinée. Le déclin touche littéralement tous les secteurs, à lui seul Air liquide parvenant occasionnellement à afficher un gain symbolique (+ 0,08%). Le prix des entreprises cycliques est le plus touché. C’est notamment le cas pour l’énergie (Vallourec -5,7%, Total -1,9%), banque (-3,1% pour société Générale), ainsi que l’hôtellerie et le tourisme (-5% pour Accor, -4,5% pour Air France-KLM, -3,4% pour Europcar) et la distribution spécialisée (Maisons du Monde recule de 7,9%, SMCP de 3,8% et Fnac Darty de 3,3%).

Le leader français de l’événementiel Événements GL, qui craint une perte nette de 70 millions d’euros pour 2020, perd 3,8%.

Airbus limite sa baisse à 0,25% après avoir signalé une augmentation des cadences de production plus lente qu’initialement prévue pour sa gamme A320.

Très hésitant malgré l’annonce d’un rebond de son chiffre d’affaires trimestriel, l’action Rémy Cointreau apparaît proche de l’équilibre.

Paradoxalement, le lot de publications des résultats du jour a plutôt réservé de bonnes surprises aux actionnaires des sociétés concernées, au premier rang desquelles Netgem. Le spécialiste de la technologie VOD bondit de plus de 40% après la divulgation un doublement de son résultat net pour 2020, ce qui semble prometteur pour la marge.

Quadient a bondi de 10,8% grâce à l’amélioration de ses perspectives pour l’exercice écoulé, l’ancien Neopost attestant d’une nouvelle amélioration de la tendance commerciale au dernier trimestre.

La maison du nord Damartex (Maison mère de Damart) a vu son prix accélérer de 6% suite àCroissance des ventes de 7% à taux de change constants en ce qui concerne le deuxième trimestre de son exercice échelonné, qui devrait conduire à une «augmentation significative» de son résultat sur la période.

Le projet d’acquisition des studios australiens Big Ant profite à l’éditeur Nacon (+ 4,1%).

Parmi les autres classes d’actifs,euro grappes de 0,08% à 1,2178 dollars. le Bitcoin échangé contre 31 135 dollars, en baisse de 0,45% (depuis le nouveau plus haut historique en début d’année, sa baisse atteint près de 25%).

Dans un contexte d’inquiétude sur la situation économique immédiate, le pétrole a fortement baissé. La diminution est de 1,89% pour la Brent Européen à 55,04 $ et 2,15% à 51,99 $ pour le WTI texan.

Guillaume Bayre – © 2021 BFM Bourse





Source de l’article

Netgem: La flambée des revenus de Netgem en 2020 confirme la transformation du modèle économique


(BFM Bourse) – L’action atteint un sommet depuis 2018 vendredi après l’annonce d’une forte augmentation du chiffre d’affaires l’année dernière. L’effet périmètre avec la consolidation de Vitis a accentué la dynamique commerciale avec les opérateurs dans un contexte de déploiement de la fibre et de développement de la VOD.

Malgré la crise sanitaire mondiale, la trajectoire de croissance Netgem s’est poursuivie en 2020, où le groupe a profité de l’attractivité de l’internet très haut débit sur les marchés où il opère et du boom – renforcé par l’effet de confinement – de la vidéo à la demande.

Grâce à un dernier trimestre particulièrement dynamique, le résultat net du groupe (part du chiffre d’affaires après déduction du coût des équipements vendus) a bondi de 99% en 2020 pour atteindre 26,80 millions d’euros. Le chiffre d’affaires consolidé s’élève à 30,3 millions d’euros, soit une progression de 20% «seulement». Le différentiel de croissance s’explique par l’évolution du modèle sur lequel le groupe a investi depuis 2018 pour devenir prestataire de services (Netgem achète ses équipements et commercialise sa technologie auprès d’opérateurs en mode SaaS) plutôt qu’à un vendeur d’équipements (un modèle qui gonfle le chiffre d’affaires mais pénalise le résultat net).

Netgem précise que le montant du résultat annuel bénéficie également automatiquement de la modification des statuts de la filiale française Vitis, qui confère au groupe le contrôle total de la filiale dont CDC est actionnaire minoritaire. L’intégration globale de Vitis représente à elle seule 16 millions d’euros de revenus sur les 26,8 millions de l’année.

Le groupe estime que cette croissance devrait se confirmer en 2021 de moitié à moitié, tant en termes de résultat net que de marge brute, grâce à l’expansion de la flotte totale qu’il aborde sur ses trois principaux marchés (Grande-Bretagne, France, Finlande). La gestion rigoureuse des dépenses, engagée depuis plusieurs années, continuera à porter ses fruits dans l’amélioration significative de l’EBITDA, promet encore la direction.

«Le second semestre 2020 confirme le rebond du groupe, comme annoncé dans les résultats semestriels. Notre plateforme technologique en mode SaaS, notre savoir-faire et le modèle Content as a service démontrent la robustesse économique et le potentiel de croissance du groupe, sur des offres qui s’étendent », a déclaré le directeur général Mathias Hautefort, cité dans un communiqué.

En cours de transfert vers le compartiment Euronext Growth, la société publiera le 19 mars les résultats détaillés de l’exercice écoulé.

Guillaume Bayre – © 2021 BFM Bourse

Suivez-vous cette action?

Recevez toutes les informations sur NETGEM en temps réel:






Source de l’article

SOITEC: une progression rectiligne




https://www.tradingsat.com/soitec-FR0013227113/conseils/soitec-une-progression-rectiligne-950121.html



Source de l’article

CAC 40: L’indice de Paris a ouvert la séance en baisse de -0,39%




https://www.tradingsat.com/cac-40-FR0003500008/actualites/cac-40-lindice-parisien-a-ouvert-la-seance-en-baisse-de-039-950127.html



Source de l’article

Revoir les recommandations des analystes: Icade, Axa, Eurofins, Crédit Agricole, High Co …




https://www.tradingsat.com/actualites/avis-brokers/point-recommandations-des-analystes-icade-axa-eurofins-credit-agricole-high-co-950125.html



Source de l’article

CAC 40: La latéralisation des prix est confirmée


(BFM Bourse) – Alors que le resserrement des mesures restrictives en Europe se multiplie et se renforce, pour lutter contre les effets de la pandémie Covid-19, les marchés deviennent de plus en plus prudents. Hier le CAC 40 a clôturé 0,67% plus bas sur les plus bas de la session à 5590 points, formant une structure de bougie baissière englobant qui n’est pas attrayante à très court terme. Hier soir sur le plateau de télévision TF1, le ministre de la Santé, Olivier Véran, n’a pas formellement exclu laoption nouveau confinement, notamment en raison de la contagiosité de la nouvelle variante «anglaise».

La BCE a achevé jeudi un nouveau Conseil des gouverneurs et a sans surprise réaffirmé son soutien à l’économie, sans toucher à ses taux.

« En réaffirmant la position actuelle de la BCE, le Conseil des gouverneurs envoie le message que les restrictions de mobilité plus strictes et les prolongations des verrouillages observés dans la région euro ces derniers mois n’ont pas suffi à catalyser de nouvelles mesures politiques, du moins pour le moment. « Anna Stupnytska, économiste mondiale chez Fidelity International

« En l’état, la politique monétaire de la BCE semble donc appropriée, qui maintiendra les taux souverains bas et contiendra largement les pressions haussières des Etats-Unis », pour CIC Solutions de marché. « Ce faisant, cela limitera également l’appréciation dueuro. De plus, les outils mis en place pour assurer la liquidité du secteur bancaire sont plus que nécessaires dans un contexte où les conditions d’octroi des prêts dans la zone euro continuent de se dégrader globalement, notamment pour les entreprises. C’est notamment le cas en France et en Italie. « 

En termes de statistiques, un plan groupé de publications macroéconomiques de bonne qualité, ou du moins dépassant les attentes des analystes, que ce soit pour les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage (900K), l’indice manufacturier de la Fed de Philadelphie, qui explose à 26,5, ou mises en chantier et permis de construire.

Côté titres, le secteur des équipements automobiles est resté entouré, comme ses principaux représentants dans le compartiment A de la cotation, à savoir Faurecia (+ 1,55% à 45,27 euros), Valeo (+ 1,95% à 31,96 euros), ou Omnium en plastique (+ 4,90% à 32,94 euros). Transgène (+ 20,55% à 2,64 euros) a largement dominé les graphiques du compartiment B, tandis que la société vient de traiter le premier patient dans le cadre d’un essai sur un traitement prometteur pour une forme récurrente de cancer.

De l’autre côté de l’Atlantique, rencontre sans soulagement jeudi sur des niveaux de prix pourtant très fermes. Le Dow Jones (-0,04% à 31 176 points) a stagné tandis que le Nasdaq Composite a réussi à saisir 0,55% à 13 530 points. Le S&P 500 s’est quant à lui terminé sur une hausse symbolique (+ 0,03% à 3853 points).

Le point sur les autres classes d’actifs risqués: vers 8 heures ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique s’échange à un niveau proche de 1,2160$. Baril de WTI, un baromètre de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait 52,40$.

À l’agenda statistique ce vendredi, à suivre en priorité une batterie d’indicateurs PMI dans les premières estimations. Données synthétiques pour toute la zone euro de ces baromètres d’activité seront dévoilés à 10h00 et à 15h45 pour les États-Unis. Les ventes de maisons anciennes (16h00) ainsi que les stocks de pétrole (17h00) complèteront le programme outre-Atlantique.

Attention, pour les titulaires de positions RD: La liquidation mensuelle aura lieu en fin de séance le mardi 26 janvier.

ÉLÉMENTS GRAPHIQUES CLÉS

Si l’atteinte du seuil symbolique de 6 000 points n’est pas remise en cause, le chemin pour l’atteindre sera sinueux et cahoteux, avec plus de prudence et de retenue exprimées par les opérateurs. En alternance avec des phases plus offensives.

L’index CAC 40, l’indice phare de la côte parisienne, a tenté à nouveau mercredi 06, jeudi 07 et vendredi 08 de franchir une zone de résistance proche de 5 620 points. Un croisement qui, s’il devait être validé selon les règles de l’art, relancerait durablement le mouvement d’achat après une longue phase de latéralisation. Cependant les volumes et la volatilité, s’ils étaient là, n’étaient pas suffisants pour valider pleinement sous forme de cassure.

Tout reste donc à valider. Les volumes sur les séances du jeudi 07 et du vendredi 08, sans être ridicules, se sont contractés. En particulier, une fédération sectorielle plus massive soutiendrait ce scénario. Pour l’instant, la séance du lundi 11/01 a rompu son élan, et les séances suivantes n’ont fait que confirmer l’entrée dans une psychologie de marché moins offensive. Une phase de latéralisation est attendue, avant que l’effet d’aspiration du grand gap baissier du 24 février (gap «Covid»), dont la limite supérieure est de 6 000 points, n’ait un effet d’attraction irrémédiable. Nous n’y sommes pas encore.

PRÉVOIR

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre avis est neutre sur l’indice CAC 40 court terme.

Nous prendrons soin de noter que franchir 5730.00 points raviverait la tension d’achat. Alors qu’une cassure de 5495,00 points relancerait la pression vendeuse.

Graphique de données horaires

CAC 40: La latéralisation des prix est confirmée (© ProRealTime.com)

Graphique de données quotidiennes

CAC 40: La latéralisation des prix est confirmée (© ProRealTime.com)

© 2021 BFM Bourse





Source de l’article

L’euro soutenu après la BCE, la paire GBP / USD progresse vers l’objectif de 1,3880


Points clés de l’article:

  • Points forts: Un ton légèrement moins accommodant de la part des PMI en attente de la BCE
  • La monnaie du jour: GBP / USD vers l’objectif à 1.3880

Tableau des devises – Horizon temporel: quotidien

Biais

La résistance

Soutien

Commentaire

AUD / JPY

Haussier

80,72 / 84

78,8

Consolidation sous résistance

AUD / USD

Haussier

0,7814

0,764

Inclinaison haussière du support

EUR / AUD

Baissier

1 604

1,5685

Saut de rectangle horizontal._Obj 1.5685 atteint puis 1.5350

EUR / CHF

Neutre

1,0877

1,0737 / 1,0660

Consolidation horizontale

EUR / GBP

Neutre

0,93

0,8865

Doji sur le stand

EUR / JPY

Neutre

127,5

125,15

Récupération sur support

EUR / USD

Neutre

1 255

1 201

Correction

GBP / JPY

Haussier

142,72

137,2

Biais haussier> 140,30

GBP/USD

Haussier

1,37

1,3285

Inclinaison haussière du support-Obj 1.3900

NZD / USD

Haussier

0,74

0,7

Reprise haussière

USD / CHF

Baissier

0,8920 / 85

0,87

Résistance au rejet 0.8920

USD / JPY

Baissier

104,75

101,18

Échec du franchissement oblique baissier

Prévisions GBP

Prévisions GBP

Recommandé aussi par Cedric Damestoy

Téléchargez nos prévisions sur le livre

Points forts: Un ton légèrement moins accommodant de la part des PMI en attente de la BCE

Le dollar se dirigeait vers sa pire semaine de l’année ce matin, alors que les investisseurs applaudissaient le gouvernement de Joe Biden pour l’achat de devises plus risquées et renouvelaient leurs paris sur le fait qu’une reprise de la pandémie pourrait faire baisser encore plus le billet vert. Les investisseurs restent optimistes en regardant vers l’avenir et en laissant de côté les mauvaises nouvelles.

Par rapport aueuro, le dollar est en baisse de près de 0,8% cette semaine et a atteint un creux hebdomadaire de 1,2153 vendredi. L’indice du dollar a baissé dans les mêmes proportions et s’est maintenu à 90,075 au début de la session asiatique.

Hier, la Banque centrale européenne a laissé sa politique monétaire inchangée et a déclaré que si « des conditions de financement favorables sont maintenues … l’enveloppe (PEPP) ne devrait pas être utilisée dans sa totalité ». Le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, partage un point de vue similaire lorsqu’il a déclaré que «si l’économie reste en ligne ou se renforce avec nos perspectives, alors l’économie n’aura pas besoin de tant de mesures d’assouplissement quantitatif au fil du temps». Ces commentaires un peu moins «accommodants» ont aidé l’euro à rebondir après la correction du début de semaine et ont conduit USD / CAD à son niveau le plus bas depuis 2,5 ans pendant la journée.

À l’avenir, les rapports PMI devraient être publiés par la Nouvelle-Zélande, l’Australie, la zone euro, le Royaume-Uni et les États-Unis. Si une bonne surprise n’est pas à exclure du côté de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, les chiffres devraient être faibles en Europe, car de nouvelles vagues d’infection par le coronavirus ont conduit à de nouvelles restrictions et ralenti la croissance.

Monnaie du jour: GBP / USD vers la cible à 1,3880

Bien que touchée, la progression de la livre par rapport au dollar reste très pertinente. Les creux montent avec de longues mèches basses sur les chandeliers. Les prix se déplacent au-dessus des moyennes mobiles ascendantes.

Le câble a rebondi sur une zone de polarité autour de 1,3500 avec une étoile du matin composée de bougies vendredi, lundi et mardi. La remontée pourrait se poursuivre vers l’objectif technique à 1.3880 puis vers le niveau psychologique à 1.4000.

La rupture de la zone de polarité puis la pente ascendante invalideraient ce scénario positif et préfigureraient un retournement de tendance.

Evolution de la livre par rapport au dollar en données quotidiennes:

Réunion matinale sur le Forex: l'euro soutenu après la BCE, la paire GBP / USD monte vers l'objectif de 1,3880

Twitter @CDamestoy

CONTINUEZ VOTRE LECTURE





Source de l’article

Echec de l’OPA sur Carrefour: faut-il vendre?


Il fut un temps où carrefour essayait de concourir dans le 1temps place dans le secteur de la distribution américain Walmart. C’était il y a 20 ans. Depuis, le groupe français ne caracole plus en tête du peloton, victime de certains choix stratégiques et globalement dépassé par la concurrence américaine, championne de l’innovation et de l’offre «en ligne». Alors que le groupe est en pleine mutation, la crise sanitaire a permis aux grandes enseignes de retrouver une situation de «monopole» lors de séquestrations successives, témoignant d’une certaine reprise.
EnBourse revient sur la tentative d’acquisition à l’amiable de la société canadienne «Couche-tard» sur carrefour et sur les conséquences du veto français sur le titre …

Carrefour: une reprise en vue

Dans le but de redevenir  » un leader mondial de la distribution », Carrefour est entré dans une profonde transformation depuis l’arrivée de son nouveau PDG, Alexandre Bompard en 2017.

Développer son modèle économique en quittant des marchés où elle n’était pas compétitive (Chine), mais en renforçant sa présence au Brésil ou en Espagne, tout en accélérant dans la filière bio et le partenariat avec l’agriculture française, Carrefour veut faire partie du paysage alimentaire français.

Le groupe a profité de la conjoncture liée à l’endiguement, réalisant au 3ème trimestre 2020, selon son PDG » sa meilleure croissance des ventes depuis au moins 20 ans « .
Les lock-out et le télétravail ont entraîné une augmentation de la consommation de produits alimentaires, et par conséquent, Carrefour a plutôt bien résisté à la crise sanitaire.
Malgré la situation économique qui a également engendré de nombreux frais supplémentaires de logistique, de matériel et de personnel; snous rotation à 1euh la moitié de 2020 a augmenté de 38% et sa bénéfices de 63%.

Cependant, son modèle économique est mis en danger par les sites marchands, dont le géant Amazone. Et les principaux actionnaires du groupe ne cache pas sa volonté de vendre ses actions pour se désengager à moindre coût:

  • la famille Mouzin, propriétaire des Galeries Lafayette (marque particulièrement impactée par les conséquences économiques de la crise) qui détient 12,6% du capital;
  • et le groupe LVMH (Bernard Arnault), avec ~ 6% des parts.

Expression d’intérêt du Canadien Couche-Tard

Et il semble que la reprise de Carrefour, longtemps en difficulté, ait suscité l’attention desun concurrent étranger, qui profite de la situation économique pour faire de nouvelles acquisitions.

Début janvier, Alain Bouchard, fondateur du groupe québécois « Couche-Tard  » (ensemble de stations-service couplé à des dépanneurs), qui regroupe plus de 9 300 magasins (ou  » Dépanneurs ») En Amérique du Nord, et près de 2700 points de vente en Europe (Scandinavie, Irlande, Pologne, Pays baltes et Russie) a contacté Alexandre Bompard, pour discuter d’un rachat d’amical.

Si l’entreprise canadienne est plus modeste que Carrefour en termes de chiffre d’affaires (59 milliards de dollars contre 100 milliards de dollars), Couche-Tard pèse deux fois plus que le groupe français en bourse, qui en cas d’acquisition pourrait passer sous le giron canadien …

Le Canadien Couche-tard offre 20 € par action Carrefour

Carrefour entame un cycle de déclin à la fin des années 90 : à partir d’un plus de 84 €, le prix est entravé dans un canal baissier Depuis cette époque.

leaction a fortement rebondi en 2012 à 13 € pour reprendre un peu de hauteur jusqu’à 32 euros en 2015, mais la baisse a pris le dessus en continu.

Graphique d'action Carrefour en UT hebdomadaire au 19 janvier 2021
Graphique deaction Carrefour en UT hebdomadaire du 19 janvier 2021 – On peut clairement observer la formation d’une chaîne en 2015 baissier long terme, dont le point bas (~ 12,25 €) a été atteint au plus fort de la crise sanitaire des coronavirus en mars 2020. Le titre a perdu plus de 50% de sa valeur depuis son plus haut début 2015 (33, 24 €).

Depuis mi-2016, à UT Hebdo, le graphique illustre la barrière infranchissable formée par le MM50, tandis que le MM200 reste hors de portée.

En 2020, la crise sanitaire et ses conséquences économiques font baisser le prix à son plus bas, 12 €, affecté deux fois en mars et mai.

En savoir plus : Carrefour, Walmart: faut-il acheter la grande distribution?

L’année 2020 se termine par une variation de prix quasi nulle, avec un titre flirtant autour de 14,50 €.

La proposition de Couche-Tard a provoqué une hausse de l’action Carrefour le 13 janvier de 13,42%, provoquant une cassure du canal baissier et surtout le franchissement de la MM50 en UT hebdomadaire.

La réaction haussière sur l’action jusqu’à 18,10 €, a permis à la valeur de corriger environ 25% de la baisse de 2015 à 2020, et de revenir à des niveaux datant de 2019.

Le  » patriotisme économique »À la française freine la dynamique haussière

C’était sans compter l’intervention de l’Etat français qui voit mal le premier employeur privé de France (~ 100 000 salariés), qui représente près de 20% de la distribution alimentaire, à passer dans le giron d’un groupe canadien.

S’opposer à cela OPA à l’amiable, le gouvernement s’est appuyé sur un arrêté du 31 décembre 2019 relatif au contrôle des investissements étrangers, ce qui lui permet d’opposer son veto aux opérations de rachat dans certains secteurs.  » La sécurité alimentaire est stratégique pour notre pays et nous ne vendons donc pas l’un des principaux distributeurs français », A déclaré le ministre de l’Économie, Bruno Lemaire.

TWeet de Bruno Lemaire du 15 janvier 2021
15 janvier 2021 – Réaction du ministre de l’Économie, Bruno Lemaire, sur le plateau de RMC / BFMTV, à propos duOPA accord amiable de la société Couche-tard sur le Carrefour français.

Les déclarations de Bercy ont ainsi fait baisser le prix de plus de 5% sur les deux séances suite à l’annonce de la marque d’intérêt de Couche-Tard pour Carrefour.

Et l’opposition du gouvernement français à un rapprochement conduit à un violent repli de 6,92%, provoquant le écart haussier qui avait été constituée avant l’annonce de l’offre publique d’achat à l’amiable.

Graphique d'action Carrefour en UT quotidien au 19 janvier 2021
Graphique boursier Carrefour en UT quotidien au 19 janvier 2021 – Suite au plus bas de 2020 atteint en mars, autour de 12 €, une consolidation s’est formée entre 13 € et 15 €, pour enfin casser la résistance moyen terme de 14,80 € début 2021. Un plus haut de 18,10 € a été atteint suite aux annonces de l’offre publique d’achat à l’amiable de Couche-Tard.

Le mouvement spéculatif autour du titre s’est ainsi dégonflé avec un prix qui n’est pas loin de 15,46 euros.

Quelles perspectives pour le titre?

Alors, faut-il se dépêcher de vendre le titre?
La fin des négociations n’entraîne pas pour le moment un retour aux creux de 2020 avec la déflation de la spéculation lié à cette opération de fusion / acquisition.
Les analystes estiment également que les discussions pourraient se poursuivre entre les deux sociétés pour déterminer les possibles et futurs opportunités de coopération.

Autrement, l’offre de 20 € proposée à ce niveau par Couche-Tard est susceptible de soutenir la valorisation de Carrefour, qui pourrait bénéficier d’une bonne dynamique grâce aux efforts entrepris par le groupe. Et pourquoi pas susciter l’intérêt d’autres investisseurs.

En UT quotidien, dynamique de rebond, avec un prix se stabilisant au-dessus des 50 et 200 MA, pourrait permettre à la valeur de redescendre vers 20 €.

Autrement, l’échec de cette reprise amiable étrangère donne l’opportunité de revenir au scénario  » plausible »Fusion entre Carrefour et son concurrent Casino.
Une alternative plausible, sous certaines conditions, pour promouvoir des synergies complémentaires au niveau national et à l’étranger …

Il sera nécessaire de suivre la performance du groupe au quatrième trimestre, à l’occasion de la publication résultats annuel le 18 février prochain. Il sera alors temps de regarder de plus près les acteurs de la grande distribution, qui ne manqueront pas de faire l’objet de commentaires dans les canaux de discussion de la prochaine promotion. Élite 2021.

Page de promotion de la 3ème édition d'EnBourse Elite
La 3ème édition d’EnBourse Elite – Community trading platform, débutera en 2021

En savoir plus:
Comment obtenir un soutien efficace dans le trading?
Progressez plus vite grâce au forum et aux salons EnBourse Élite





Source de l’article

La plus haute qualité de Bitcoin contient les graines de sa chute


La plus grande qualité du bitcoin qui permet son ascension exponentielle est qu’au final on se retrouve avec très peu de personnes qui détiennent beaucoup de bitcoin. Le flotteur est donc très réduit. La majeure partie du bitcoin est tenue dans une poignée de main.

Du coup, le flotteur étant réduit, il ne fait qu’accélérer les variations vers le haut et vers le bas.

Ainsi, lorsque le momentum est long, cela a l’avantage de permettre de bonnes poussées haussières.

Mais quand la tendance s’inverse, tout peut aller très vite aussi.

Et le plus grand risque serait qu’une grosse main se vende un jour. Parce que le manque de compensation pourrait pousser les prix très bas.

Le plus gros défaut du bitcoin est donc sa qualité par rapport à la spéculation de son prix: sa rareté et son absence de contrepartie.

L’idée derrière le bitcoin était de remplacer les monnaies fiduciaires. Mais pour cela, il faut une monnaie stable pour rassurer les traders et éviter les problèmes de valorisation des actions etc.

Cependant, le principal défaut dans l’évolution vers cette acceptation mondiale est précisément la volatilité des prix. Et ce manque de contrepartie qui fait actuellement le bonheur des spéculateurs et aussi le plus grand défaut du bitcoin pour son avenir et l’idée de sa démocratisation et donc infinie de sa valeur fondamentale dirigée par sa réelle utilité dans le monde économique …

amical

julien


Suivez-moi, rejoignez la communauté des « Graphiques » et ne manquez aucun conseil






Source de l’article

la BCE maintient sa politique monétaire inchangée


SUJETS DISCUTÉS DANS CETTE ANALYSE DE LA PAIRE EUR / CHF

  • La Banque centrale européenne choisit le statu quo
  • EUR / CHF : les prix évoluent dans une fourchette de consolidation

La Banque centrale européenne choisit le statu quo

Lors de sa réunion de politique monétairece jeudi, la Banque centrale européenne n’a pas adopté de nouvelles mesures. LLes taux directeurs restent donc à leurs niveaux historiquement bas: ils restent fixés à -0,5% pour le taux de dépôt, à 0% pour le taux de refinancement et à 0,25% pour celui de la facilité de prêt marginal. De plus, la BCE ne prévoit pas de retour au niveau de croissance d’avant la crise avant la mi-2022. Donc elle maintient le niveau de son package de support ‘PEPP’ à 1.850 milliard et se tient prêt à élargir à tout moment la portée de ses programmes.

Les taux resteront inchangés à zéro jusqu’à ce que le niveau d’inflation se renforce et il en sera de même pour le « Qquantitatif Easing « (QE) qui sera prolongé aussi longtemps que nécessaire.

LLa BCE garde des munitions après le recalibrage majeur des instruments de politique monétaire annoncé le mois dernier. En effet, la crise sanitaire représente un frein pour l’économie européenne. Lune recrudescence des cas d’infection à coronavirus constitue un risque supplémentaire pour la reprise dans la zone euro

Christine Lagarde à a indiqué que l’économie de la zone euro devrait se contracter au quatrième trimestre 2020 et que les mesures de confinement risque encore de pèsent sur le PIB du premier trimestre 2021.

EUR /CHF : les prix évoluent dans une fourchette de consolidation

Depuis juin, l’EUR / CHF est verrouillé dans un triangle, donc seule la cassure de ce schéma graphique donnera le ton pour l’avenir. A court terme, la paire évolue dans une fourchette entre 1.0865 et 1.0745, la cassure de la borne inférieure devrait conduire à une correction à venir chercher la moyenne mobile 200 périodes couplée à la frontière du triangle vers 1.0730. Une incursion en dessous de ce niveau ne serait pas de bon augure car le marché pourrait chuter vers 1.0625.

Néanmoins, si le support de 1.0730 ne cède pas la place à la pression de vente, l’euro peut prendre de l’élan pour reconquérir 1.0840. Une cassure de cette résistance clé ouvrirait la voie à un redémarrage haussier vers 1.0970 puis 1.1050.

GRAPHIQUE EUR /CHF DANS LES DONNÉES DU QUOTIDIEN

EUR / CHF: la BCE maintient sa politique monétaire inchangée

Twitter @Joris Zanna

CONTINUEZ VOTRE LECTURE

3 conseils de trading que j’aurais aimé savoir quand j’ai commencé dans le Forex

Quatre indicateurs techniques très efficaces que chaque commerçant devrait connaître





Source de l’article