Les marchés d’actions du monde entier avaient de nombreuses raisons de célébrer ce mois de novembre. Chaque lundi des trois premières semaines du mois a apporté des nouvelles positives sur les vaccins. 

Au début du mois, il s’agissait de Pfizer et de BioNTech. Ensuite, c’était au tour de Moderna. Enfin, AstraZeneca. Ils ont tous révélé des résultats prometteurs dans la lutte contre le virus, leurs vaccins montrant jusqu’à présent une efficacité suffisante pour mettre fin à la pandémie.

En conséquence, les marchés boursiers ont atteint de nouveaux sommets. C’était la première réaction logique pendant cette crise. Jusqu’à ce moment, les actions étaient sous « stéroïdes » des banques centrales. L’argent bon marché a alimenté la hausse des actions, peu importe si les nouvelles à venir étaient mauvaises et pouvaient effrayer tout le monde. Finalement, les bonnes nouvelles ont déclenché une réaction positive du marché.

Cependant, maintenant que l’euphorie est derrière nous et que la situation s’est un peu calmée, certaines choses intéressantes méritent d’être mentionnées. Tout d’abord, les estimations du PIB pour 2021 restent inchangées malgré les nouvelles concernant les vaccins. Comment cela se fait-il ?

Les années folles sont-elles de retour ?

Une comparaison avec les années 1920 est intéressante pour l’année/les années à venir. À l’époque, les “années folles” étaient le surnom des années qui ont suivi la Première…



Lire l’article