La fortune des magnats malaisiens des gants en caoutchouc dopée par la crise sanitaire



(BFM Bourse) – À la Bourse de Kuala Lumpur, Supermax, Kossan Rubber, Hartalega et Top Glove n’en finissent plus de flamber. Avec des hausses comprises entre 330 et 1240% (!) depuis le début de l’année, ces fabricants de gants en caoutchouc -spécialité locale- profitent de l’explosion de la demande mondiale dur à la crise du coronavirus.

C’est un oiseau? C’est un avion? Non, c’est Supermax. Si la citation originale concernait « l’homme d’acier » né de l’imagination de Jerry Siegel et Joe Shuster, elle n’est pas galvaudée pour évoquer la performance boursière du fabricant malaisien de gants en caoutchouc depuis le 1er janvier. Le titre Supermax s’est littéralement envolé sur la période. Il s’échange désormais à 18,50 ringgits (aussi appelée « roupie malaisienne »), contre… 1,39 ringgit à la clôture du 31 décembre dernier.

La performance enregistrée sur la période (+1.230%) a de quoi rendre jaloux Tesla (+246%) et plus encore l’ensemble des valeurs du SBF 120, au sein duquel la plus forte progression depuis le début de l’année est mettre à l’actif de Sartorius Stedim Biotech (+78%).

Si cette flambée est digne d’une « smallcap » (et encore), il n’en est rien puisque Supermax pèse désormais quelque 23,89 milliards de ringgits, soit 4,86 milliards d’euros. Ses concurrents dont les hausses sont (un peu) plus « modestes » (+270% pour Hartalega, +326% pour Kossian Rubber et +450% pour Top Glove à la…



Lire l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *