(BFM Bourse) – Alors que dans différentes parties du monde, les gouvernements doivent recourir à de nouvelles mesures pour tenter d’enrayer la pandémie de coronavirus, compliquée par l’apparition de variantes, le CAC 40 a chuté de plus de 1% vendredi matin.

Dans la foulée d’un repli des marchés asiatiques (certes contenus à -0,4% à Shanghai et -0,44% à Tokyo), la Bourse de Paris a enregistré une forte baisse vendredi en fin de matinée, alors que les investisseurs, loin de voir un point d’inflexion dans la courbe de contaminations, on ne peut qu’observer la détérioration de la situation sanitaire, obligeant les décideurs à augmenter les restrictions à l’activité.

Aux États-Unis, le nouveau président a décrété une série de mesures, dont la mise en quarantaine pour les voyageurs étrangers. En Europe, la situation est globalement «très grave», a prévenu le président de la Commission européenne. En France un test sera imposé à tous les voyageurs, même en provenance d’un Etat membre, et le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé qu’une course contre la montre se jouait pour éviter un troisième confinement, face à la contagiosité de la nouvelle variante  » English « , que beaucoup interprètent comme une confirmation qu’un tel confinement aura effectivement lieu. Mais la résurgence du virus en Chine, qui connaît sa pire épidémie depuis mars, inquiète également les autorités locales.

Pour aggraver les choses, les premiers résultats des enquêtes mensuelles PMI IHS Markit de janvier révèlent une accélération de la contraction du secteur privé dans la zone euro début 2021. Le taux de croissance de la production est retombé à son plus bas niveau depuis le début de la reprise dans le secteur manufacturier, tandis que dans le secteur des services, l’activité a enregistré sa deuxième plus forte contraction depuis mai 2020, observe l’institut de recherche. L’indice PMI composite IHS Markit Flash est passé de 49,1 en décembre à 47,5 en janvier, signalant une troisième baisse mensuelle. Pour Chris Williamson, chef économiste chez IHS Markit « une récession à double creux semble désormais inévitable pour l’économie de la zone euro, le durcissement des mesures destinées à contenir la propagation du virus continue de peser sur les performances des entreprises ».

Dans ce contexte, l’indice parisien recule de 1,09% à 5 529,95 points en fin de matinée. Le déclin touche littéralement tous les secteurs, à lui seul Air liquide parvenant occasionnellement à afficher un gain symbolique (+ 0,08%). Le prix des entreprises cycliques est le plus touché. C’est notamment le cas pour l’énergie (Vallourec -5,7%, Total -1,9%), banque (-3,1% pour société Générale), ainsi que l’hôtellerie et le tourisme (-5% pour Accor, -4,5% pour Air France-KLM, -3,4% pour Europcar) et la distribution spécialisée (Maisons du Monde recule de 7,9%, SMCP de 3,8% et Fnac Darty de 3,3%).

Le leader français de l’événementiel Événements GL, qui craint une perte nette de 70 millions d’euros pour 2020, perd 3,8%.

Airbus limite sa baisse à 0,25% après avoir signalé une augmentation des cadences de production plus lente qu’initialement prévue pour sa gamme A320.

Très hésitant malgré l’annonce d’un rebond de son chiffre d’affaires trimestriel, l’action Rémy Cointreau apparaît proche de l’équilibre.

Paradoxalement, le lot de publications des résultats du jour a plutôt réservé de bonnes surprises aux actionnaires des sociétés concernées, au premier rang desquelles Netgem. Le spécialiste de la technologie VOD bondit de plus de 40% après la divulgation un doublement de son résultat net pour 2020, ce qui semble prometteur pour la marge.

Quadient a bondi de 10,8% grâce à l’amélioration de ses perspectives pour l’exercice écoulé, l’ancien Neopost attestant d’une nouvelle amélioration de la tendance commerciale au dernier trimestre.

La maison du nord Damartex (Maison mère de Damart) a vu son prix accélérer de 6% suite àCroissance des ventes de 7% à taux de change constants en ce qui concerne le deuxième trimestre de son exercice échelonné, qui devrait conduire à une «augmentation significative» de son résultat sur la période.

Le projet d’acquisition des studios australiens Big Ant profite à l’éditeur Nacon (+ 4,1%).

Parmi les autres classes d’actifs,euro grappes de 0,08% à 1,2178 dollars. le Bitcoin échangé contre 31 135 dollars, en baisse de 0,45% (depuis le nouveau plus haut historique en début d’année, sa baisse atteint près de 25%).

Dans un contexte d’inquiétude sur la situation économique immédiate, le pétrole a fortement baissé. La diminution est de 1,89% pour la Brent Européen à 55,04 $ et 2,15% à 51,99 $ pour le WTI texan.

Guillaume Bayre – © 2021 BFM Bourse





Source de l’article