(BFM Bourse) – Au lendemain d’une baisse limitée, le marché parisien a clôturé dans le vert malgré la volatilité provoquée par le mouvement de rééquilibrage des portefeuilles. Dans ce contexte, les valeurs de l’aéronautique, de l’industrie ou du commerce physique ont en effet suffisamment augmenté pour pousser légèrement le curseur du CAC dans le vert.

Le mouvement de rotation sectorielle, ou «reflation trade» comme on veut l’appeler, a de nouveau fait sensation sur le marché parisien, dont l’indicateur principal a fait plusieurs fois le yoyo mardi. Les investisseurs s’engagent à renforcer leurs positions sur les valeurs cycliques et décotées, en réduisant l’aile sur les valeurs de croissance comme la technologie (et le luxe, qui sont un peu nos GAFA). D’où une certaine agitation, mais finalement, mardi, le CAC 40 a réussi à accrocher 5 779,84 points, soit un gain de 0,22% sur la journée.

Ce nouvel épisode de forte rotation sectorielle pourrait même «s’accélérer dans les prochaines semaines alors que la campagne de vaccination va s’accélérer», parie John Plassard, directeur des investissements chez Mirabaud.

Les banquiers centraux s’efforcent cependant de rassurer les investisseurs inquiets de la soudaine remontée des rendements des emprunts d’Etat (hausse qui pénalise automatiquement les plus valorisées des actions). Lundi, la présidente de la BCE a ainsi fait savoir que son institution suivait de près l’évolution des rendements souverains, ce qui a conduit à une baisse de ces derniers. Jerome Powell a emboîté le pas mardi, signalant qu’aucune augmentation ne se produirait dans un proche avenir. Un message qui a permis au Nasdaq Composite de compenser une partie de sa baisse, mais seulement une partie (-2,2% à la mi-séance à Wall Street pour l’indice technologique, contre -0,9% pour le S&P 500 et -0,6% pour le Dow ).

La souffrance de la tech à Paris

Le retournement sectoriel est évident dans l’indice phare du marché parisien, où les pires performances sont à attribuer à STMicro (-2,75%), Dassault Systèmes (-2%), Schneider Electric (-1,7%, l’électricien est désormais très présent dans le numérique, la maison connectée, les logiciels etc.), Capgemini (-1,3%), Schneider Electric (-1,8%), Téléperformance (-1,6%) ou Worldline (-0,8%).

En revanche, le secteur aéronautique a dominé la liste, comme la veille (+ 3,35% pour Safran, + 3% pour Airbus), les représentants de l’aviation française profitant des revers de Boeing sur ses 777 vieillissants, malgré tout le bien que l’on pense de ces avions, équipés de moteurs Pratt & Whitney, mais aussi le rebond des compagnies aériennes dans le sillage d’easyJet (+ 2,6% pour Air France-KLM notamment).

En vue également ce mardi, Alstom (+ 2,7%), Vinci (+ 2,4%, avec son exposition au trafic aéroportuaire) voire URW (+ 2,3%) et Total (+ 2,3%).

Même constat sur le reste de la côte, où les sociétés immobilières (+ 7,7% pour Mercialys, + 3,5% pour Icade), services pétroliers (+ 6,2% pour Vallourec) et d’autres valeurs négligées lors de la crise sanitaire (fouillis ADP, Sodexo, Elior …) a bénéficié d’un flux d’acheteurs.

Au contraire, les «stars» de 2020 ont été déçues avec une baisse de 4,3% pour McPhy ou de 3% pour Novacyt.

Nouveaux records pour le pétrole, Bitcoin dévisser

Récemment portés par l’optimisme des investisseurs vis-à-vis des campagnes de vaccination et les anticipations de baisse de production aux Etats-Unis la semaine dernière après la vague de froid dans le pays, les prix des principales références de brut ont quelque peu ralenti avec une hausse limitée à 0,22% pour le Brent (64,50 $) tandis que le WTI a chuté de 0,08% à 61,65 $.

Peu de mouvement sur le marché des changes, où leeuro a perdu 0,06% en fin de journée à 1,2151 dollar.

Enfin, après avoir atteint un sommet historique de plus de 58000 $ dimanche, le Bitcoin Encore en baisse de plus de 13% à environ 47737 dollars mardi à 17h45, notamment sous l’effet des propos de la secrétaire au Trésor Janet Yellen qui estimait lundi que la crypto-monnaie était un actif hautement spéculatif et extrêmement inefficace pour effectuer des transactions.

Guillaume Bayre – © 2021 BFM Bourse



Source de l’article