Pourquoi l’euro se renforce après la crise ?


Pourquoi l’euro est-il si fort ? Parfois, il s’agit d’une combinaison de plusieurs facteurs.

L’euro progresse jour après jour

Beaucoup de gens se demandent pourquoi l’euro s’est envolé ces dernières semaines. Le coronavirus se répand fortement sur le Vieux Continent et personne n’a vraiment de plan solide pour l’arrêter. De plus, de nombreuses grandes entreprises européennes seront durement touchées par la situation en Chine, où, par exemple, la demande de nouvelles voitures s’est absolument effondrée. Et qu’est-ce que l’euro fait ici ? Il a atteint son plus haut niveau depuis juillet.

Parfois, les mouvements sur le marché n’ont pas vraiment d’explication. Il est insensé de penser que chaque mouvement du marché doit avoir une raison. Parfois, il s’agit d’une combinaison de plusieurs facteurs. Dans les médias, la vigueur récente de l’EURUSD se doit à ces quelques facteurs.

Une tendance à la hausse soutenue par plusieurs facteurs

Tout d’abord, il s’agit d’une faiblesse du dollar lui-même. La FED a réduit ses taux et les traders s’attendent à ce qu’elle les réduise encore plus dans un avenir proche. D’autre part, la BCE ne fait rien, disant que la stimulation pour combattre le virus devrait être fiscale et non monétaire.

La faiblesse générale du dollar a soutenu la hausse de l’EURUSD ces derniers temps. L’EURUSD peut être connu comme l’indice « anti-euro » en raison de sa forte composante en euros de…



Lire l’article

Cac 40 : La Bourse de Paris signe une performance inédite en novembre



(BFM Bourse) – En net repli lundi, le CAC 40 a néanmoins progressé de plus de 924 points en novembre, soit plus 20% de gains, du jamais-vu, grâce aux progrès réalisés par les laboratoires vers la mise au point de vaccins et aux résultats de l’élection américaine.

Une performance historique. Malgré un brusque coup de frein (-1,42%) ce lundi, dernière séance du mois, le CAC 40 a gagné 20,12% en novembre à 5.518,55 points. Soit, de très loin, sa meilleure performance mensuelle en valeur absolue (plus de 924 points regagnés par rapport à octobre) et la deuxième meilleure performance mensuelle en pourcentage. Il faut remonter à février 1988 (Mylène Farmer chantait Sans contrefaçon et La vie est un long fleuve tranquille se hissait au box-office) pour trouver un gain plus important : l’indice tout neuf avait flambé de 24,47% pour franchir pour la première fois la barre des 1000 points.

La multiplication des données encourageantes obtenues à l’issue d’essais à grande échelle pour différents vaccins, permettant d’envisager un démarrage des campagnes de vaccination contre le coronavirus début 2021 voire même à la fin de l’année dans certains cas, a joué un rôle de puissant catalyseur ce mois-ci. La victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle aux Etats-Unis (conjuguée, ce n’est pas anecdotique, au maintien d’une cohabitation entre les deux chambres du…



Lire l’article

GM renonce finalement à entrer au capital de Nikola… qui s’effondre à Wall Street



(BFM Bourse) – Contrairement à ce qui était initialement prévu, General Motors ne prendra finalement pas de participation au capital du fabricant de camions électriques Nikola. Ce dernier, qui a dû faire face à la démission de son patron à la suite d’accusations d’agressions sexuelles, dévisse à la Bourse de New-York.

C’est la douche froide pour Nikola. Trois mois après avoir conclu un partenariat stratégique avec General Motors (annonce qui avait alors fait bondir le titre du constructeur de camions électriques), Nikola indique dans un communiqué publié ce jour que les termes de l’accord ont changé.

De ce fait, alors qu’il était prévu que GM acquiert 11% du capital de Nikola dans le cadre de l’accord (le premier constructeur automobile américain devait, en échange, faire homologuer et assembler le SUV « Badger » de Nikola, à la fois en version à batteries et à pile à combustible), General Motors ne prendra finalement pas de participation au capital du spécialiste des camions à hydrogène.

Un protocole d’accord non-contraignant vient d’être signé en ce sens, même si celui-ci « est encore sujet à discussions » précise Nikola. La société a par ailleurs indiqué qu’elle abandonnait l’idée de fabriquer le Badger et prévoyait de rembourser tous les clients ayant versé une avance.

Ce revirement de GM découle très probablement des accusations de fraude qui ont visé Nikola mi-septembre…



Lire l’article

Le ciel s’éclaircit pour Boeing


Le ciel s’éclaircit pour Boeing


Le ciel s’éclaircit pour Boeing