Theranexus : Fort du succès d’un essai dans la maladie de Parkinson, Theranexus vise un partenariat



(BFM Bourse) – La société de biotechnologies lyonnaise, spécialisée dans les maladies neurologiques, a franchi avec succès la phase d’essais cliniques démontrant l’efficacité de son composé THN102 pour réduire les épisodes de somnolence diurne, l’un des symptômes les plus handicapants de la maladie de Parkinson et sans traitement jusqu’ici.

Un besoin médical considérable. Au moins un tiers des personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont sujets à des épisodes de somnolence diurne excessive (SDE). Un symptôme distinct, moins connu du grand public que les problèmes moteurs associés à la maladie, mais très handicapant. La somnolence apparaît en général durant des moments d’inactivité (ou d’activité réduite), tels que des moments de lecture ou devant la télévision, mais peut aussi apparaître au volant, lors de la conduite dans des moments d’immobilisation dans un embouteillage, par exemple l’incapacité à rester dans un état de veille et d’alerte durant les heures d’éveil, explique l’association de patients France Parkinson. De plus, les épisodes de somnolence peuvent être aggravés par les médicaments dopaminergiques utilisés dans la maladie, et leur fréquence augmente avec la progression de celle-ci, pouvant obliger le placement de certains patients en institution spécialisée.

Face à ce tableau et en l’absence de traitement…



Lire l’article

Enrayer la spirale baissière : les fausses bonnes idées


Depuis le 20 février 2020, la forte chute des indices et des instruments financiers n’a épargné aucun marché. EnBourse revient sur certaines propositions visant à interrompre cette spirale baissière : la tentation de suspendre les cotations.

Une situation inédite

L’indice de volatilité des marchés a atteint des points culminants fin février et en mars dernier, en raison de l’extension de la vague épidémique du Coronavirus à un niveau mondial.

La crise sanitaire impacte l’ensemble des populations (plus de 3 milliards de personnes appelés à rester confinées), mais aussi de très nombreux secteurs économiques corrélés entre eux : tourisme, services, aéronautique, automobile, énergie…
D’autres pans de la production et du commerce internationaux, s’ils ne sont pas à l’arrêt, fonctionnent au ralenti, et pèsent sur les perspectives économiques mondiales.

Le Fonds Monétaire International – FMI évoque désormais une période de récession à venir, alors que les marchés sont entrés dans une tendance profondément baissière.

L'indice de volatilité des marchés à explosé à partir de la semaine du 17 février 2020 pour atteindre un plus haut les 18 et 19 mars 2020

L’indice de volatilité des marchés à explosé à partir de la semaine du 17 février 2020 pour atteindre un plus haut les 18 et 19 mars 2020

Sur-réaction des marchés : les nerfs des investisseurs mis à rude épreuve

Au 1er trimestre 2020, les indices auront côtoyé leurs plus hauts (Dow Jones, CAC40…), pour dégringoler violemment vers des plus bas. Tant à la hausse en janvier dernier, qu’à la baisse depuis…



Lire l’article

Cac 40 : Malgré la volatilité persistante, le CAC 40 termine à nouveau dans le vert



(BFM Bourse) – Au lendemain d’un timide rebond de 0,62%, le marché parisien boucle une nouvelle séance en trompe-l’œil sur une avance de 0,30%. Si les variations semblent se normaliser en clôture, la volatilité en séance est restée vive. Le marché semble se raccrocher aux signes encourageants sur la propagation du coronavirus en Italie

Le CAC 40 n’avait pas bouclé une séance sur une variation inférieure à 1% depuis le 11 mars dernier. Il vient d’en enchaîner une deuxième mardi (+0,40% à 4.396,12 points), au lendemain d’un gain de 0,62%. Contrairement à ce que ces variations suggèrent, le baromètre du marché parisien continue de subir d’importantes fluctuations en cours de séance. Ainsi, après avoir pris plus de 2% quelques minutes après l’ouverture des échanges, l’indice s’est replié jusqu’à lâcher 1,5% vers 14h15, avant de réduire ses pertes puis de revenir dans le vert en fin de journée, portée par la hausse des indices new-yorkais.

À 17h45, le Dow grignotait 0,6% après avoir lâché 1,2% en début de matinée, quand le Nasdaq prenait 0,9% et le S&P 0,4%. Si la volatilité reste exacerbée sur le marché parisien, les volumes d’échanges se normalisent petit à petit, même s’ils sont restés à un niveau élevé dans l’absolu (4,67 milliards d’euros ce mardi).

L’annonce d’un rebond plus vigoureux que prévu du PMI manufacturier chinois pour le mois de mars a initialement encouragé…



Lire l’article

Genfit : La crise du coronavirus oblige Genfit à revoir ses programmes cliniques



(BFM Bourse) – La conduite d’essais cliniques, une part essentielle de l’activité des biotechs, est fortement perturbée par les mesures de confinement et la mobilisation des hôpitaux dans la lutte contre le Covid-19. La société lilloise suspend la plupart de ses essais, mais poursuit la phase 3 sur sa molécule phare dans la NASH auprès des patients déjà inscrits.

Sans surprise, la société lilloise Genfit a dans le sillage de plusieurs homologues annoncé réduire la voilure parmi ses programmes d’études cliniques. L’entreprise poursuivra néanmoins, au travers d’un protocole adapté, l’étude de phase finale dite RESOLVE-IT, pièce maîtresse d’une future demande de mise sur le marché aux Etats-Unis pour sa molécule phare élafibranor, et dont la première partie est quoi qu’il en soit déjà bouclée.

« Nous avons travaillé avec nos Contract Research Organizations, centres d’investigations et investigateurs afin de réévaluer nos programmes en cours de développement », explique Genfit, en conformité avec les recommandations des agences américaine (Food and Drug Administration) et européenne (EMA).

Les recrutements de patients pour l’essai de pharmacocinétique/pharmacodynamique (« PK/PD ») d’élafibranor dans la NASH pédiatrique ainsi que pour l’essai de phase 2 sur la composition lipidique du foie ont été suspendus. Le démarrage d’un essai de phase 2…



Lire l’article

🔴 TRADING EN DIRECT – Session du 31/03/2020


Salut les Traders,

Tous les mardis nous nous retrouvons pour notre session hebdomadaire de Trading Live sur Youtube.
A cause du décalage horaire important entre Bali et la France, j’avance une dernière fois d’une heure mes séances de Trading Live sur Youtube, jusqu’à mon retour à Moscou.
Les trading live se tiendront donc à 11h00 ⏰

Je vous rappelle rapidement le programme :

▶ Petite analyse des marchés
▶ Revue des trades pris les précédentes séances
▶ Recherche d’opportunités avec Autosignal
▶ Je commente les propositions que vous m’envoyez sur le chat

Voici le débrief des trades pris lors de la précédente séance :

👉 Gaz Naturel – H1 – Dark Trader Sangoku – Achat : Opportunité invalidée
👉 Litecoin – H4 – Dark Trader Sangoku – Achat : Toujours en surveillance
👉 Eramet – H1 – Analyste Technique Pro Continuation – Achat : Opportunité invalidée

Pour cette séance, j’ai mis en surveillance 4 nouveaux trades :

👉 GBP/JPY – H1 – Dark Trader Sangoku – Achat ou Vente : Belle compression du prix, qui pourrait annoncer une explosion proche. Pour le moment nous n’avons pas de réel indice sur le sens, mais que ça casse à la hausse ou à la baisse, les objectifs sont bien visibles dans les deux cas.
👉 Or – H4 – Dark Trader Sangoku – Vente : Surveiller le break de la MM200
👉 Footsie – H4 – Analyste Technique Pro Direct – Achat : Une belle construction de reprise mais qui a besoin d’être validée….



Lire l’article

Le déficit italien pourrait peser sur l’euro


Points clés de l’article :

  • Le déficit italien commence à inquiéter les investisseurs
  • L’euro échoue sur un retracement de 38,2 %

Le déficit italien commence à inquiéter les investisseurs

Les inquiétudes lors du lancement de l’euro pourraient bien devenir réalités avec la crise du coronavirus. Les dirigeants allemands étaient dubitatifs sur le fait que les pays du « club med » (Grèce, Italie, Espagne) puissent adopter une orthodoxie budgétaire.

Avec la crise du Covid-19, le gouvernement italien de Giuseppe Conte va être forcé de laisser filer le déficit qu’il avait juste stabilisé à des niveaux très élevés. L’Italie n’a pas d’autres options de dépenser plus pour son peuple et donc de renforcer un déficit qui va devenir abyssal. Les Italiens vont lancer un plan de relance d’au moins 50 milliards d’euro qui vont se rajouter à l’émission de la dette.

Les finances italiennes dépendent entièrement de la politique de la BCE qui seule peut faire que les coûts de la dette supplémentaire restent bas. La question pour les dirigeants européens et allemands est de structurer cette aide pour éviter une faillite d’un pays à l’intérieur de la zone euro qui fatalement rejaillirait sur l’euro.

Dette Italienne en % du PIB :

EUR/USD : Le déficit italien pourrait peser sur l’euro

L’euro échoue sur un retracement de 38,2 %

L’euro a rebondi depuis son point bas à 1,0635 pour retracer pratiquement 61,8% de sa baisse. Tant que la devise européenne reste au-dessous la…



Lire l’article

Nasdaq Composite : Une phase de rééquilibrage délicate, projecteurs braqués sur les volumes


(BFM Bourse) – Le Nasdaq Composite, sans écart significatif par rapport aux autres indices phare de la cote américaine, a repris du terrain (+3,62% à 7 774 points) hier, dans des volumes dont la timidité invite toutefois à la prudence. Le plan fédéral de relance massif de 2 000 Milliards de $, et les mesures de confinement mises en place progressivement, dont D. Trump doit réaliser leur efficacité et accepter leur caractère indispensable, ont apporté leur lot de soulagement, dans un marché encore quelque peu groggy, alors que l’épicentre de la pandémie de Covid-19, causée par l’infection de l’organisme par le SARS-Cov2, est désormais positionné sur les Etats-Unis.

Au chapitre statistique, peu d’éléments pertinents, dans la situation actuelle, à se mettre sous la dent hier, et les opérateurs ont poursuivi leur difficile digestion des chiffres d’inscriptions aux allocations chômage aux Etats-Unis, en hausse stratosphérique 3 283 000… Ils prendront connaissance avec fébrilité cette après-midi du niveau de confiance des consommateurs américains, au sens du Conference Board. Un indicateur baromètre important, dans une économie où traditionnellement, la consommation (qui subit un coup de frein brutal avec le confinement) est le principal moteur de la création de richesse nationale. L’indicateur est attendu en vive contraction de plus de 15 points, à 115,1.

A suivre donc, l’indice de Conference Board de confiance…



Lire l’article

Le cours de la biotech Amarin laminé après une décision favorable aux génériques du Vascepa



(BFM Bourse) – Un tribunal américain a jugé que les fabricants de génériques n’étaient pas en situation d’enfreindre les brevets du Vascepa, une forme d’oméga 3 extraite d’huile de poisson destinée à prévenir les accidents cardiovasculaires. L’essentiel des perspectives de la biotech reposant sur ce produit, son cours s’effondre.

Allez chercher dans la nature -en l’occurrence dans l’océan- les ressources permettant de soigner les personnes à risque de troubles cardiovasculaires (ayant des taux élevés de triglycérides, ou une maladie cardiovasculaire avérée ou encore un diabète accompagné d’autres facteurs de risque), telle a été l’idée de la biotech américaine Amarin.

La firme a été la première (et restera peut-être la seule) entreprise à faire homologuer auprès de la Food and Drug Administration un nouveau composé thérapeutique issu d’huile de poisson, l’acide eicosapentaénoïque – un oméga-3, cette famille d’acides gras essentiels mais que l’organisme ne peut synthétiser à l’image des vitamines. Le produit, composé de la molécule isolée des impuretés contenues dans les extraits huileux habituels, a initialement été homologué en 2012 dans l’hypertriglycéridie.

Puis en toute fin 2019, Amarin a obtenu une très attendue extension de cette indication, amenant son cours de Bourse à un sommet historique de 26 dollars. Vascepa est en effet devenu le tout premier médicament…



Lire l’article

Cac 40 : Le marché parisien reste le jouet de la volatilité



(BFM Bourse) – Gagnant plus de 2% en matinée, puis nettement dans le rouge à la mi-journée, le CAC 40 tente de revenir à l’équilibre peu après 13h00, tandis que l’ouverture de Wall Street semble très indécise. L’Oréal souffre particulièrement de l’abandon de ses objectifs 2020.

Après avoir entamé la semaine sur un gain de 0,62%, au terme d’une séance malgré tout volatile, le CAC 40 continue à subir d’importantes fluctuations intraday mardi. Gagnant jusqu’à 2,05% au meilleur de la matinée, l’indice parisien a réduit ses gains jusqu’à s’afficher dans le rouge à la mi-journée, pour renouer symboliquement avec l’équilibre (4.378,42 points) vers 13h20.

L’annonce d’un rebond plus vigoureux que prévu du PMI manufacturier (officiel…) du mois de mars en Chine a initialement encouragé les opérateurs. L’indice est ressorti à 52, contre 35,7 en février, indiquant au-dessus de 50 une expansion de l’activité manufacturière. Si les données officielles, sanitaires ou économiques, sont souvent prises avec des pincettes à l’heure actuelle, d’autres signaux anecdotiques corroborent le scénario d’une reprise: le français Seb par exemple a affirmé que ses sept usines chinoises tournaient à nouveau à plein régime.

Mais l’ouverture à Wall Street, au lendemain d’un bond de l’ordre de 3%, s’annonce incertaine, les contrats à terme sur les indices américains ayant changé plusieurs fois de sens dans…



Lire l’article

L’EUR/USD hésite à casser sous 1.10 avant uen journée au calendrier chargé


La semaine a mal démarré pour l’Euro-Dollar hier, avec une sévère correction. Après avoir démarré la semaine vers 1.1140, l’EUR/USD a en effet entamé une forte baisse, jusqu’à un creux vers 1.0980 la nuit dernière.

Ce matin, la paire est timidement de retour au-dessus de 1.10, un seuil qui s’affiche comme un support immédiat.

La chute de l’EUR/USD hier était principalement due à la hausse du Dollar, qui regagnait du terrain après la forte correction de la semaine dernière.

Aujourd’hui, on surveillera biensur l’épidémie de coronavirus covid-19, sachant qu’une progression des cas plus importante en Europe qu’aux USA pourrait participer à favoriser une poursuite de la baisse de l’EUR/USD.

En ce qui concerne le calendrier économique du jour, les investisseurs s’intéresseront ce matin aux chiffres du chômage allemand pour le mois de mars, à 9h55, puis à la confiance des consommateurs du mois de mars aux Etats-Unis selon le Conference Board à 16h.

Le nombre de chômeurs en Allemagne devrait avoir progressé de 29k selon le consensus, après avoir été réduit de 10k au mois de février, et l’indice de confiance des consommateurs US devrait quant à lui plonger à 110 points, après 130.7 le mois précédent.

Enfin, d’un point de vue technique, on notera que la banque UOB développe des arguments incitant à prévoir une consolidation dans son analyse technique du jour :

“Notre opinion sur l’euro hier était qu’il pourrait dépasser 1,1150 mais qu’une…



Lire l’article