le dollar néo-zélandais évolue à proximité de niveaux majeurs


SUJETS ÉVOQUÉS DANS CETTE ANALYSE DU DOLLAR NEO-ZELANDAIS

  • La RBNZ continue de soutenir l’économie néo-zélandaise
  • EUR/NZD : Une dynamique baissière mais un rebond à prévoir
  • NZD/USD : Une oblique de très long terme

La RBNZ continue de soutenir l’économie néo-zélandaise

Face aux effets dévastateurs de la pandémie de Covid-19, la banque centrale néo-zélandaise a opté pour le statu quo lors de sa précédente réunion, ainsi son principal taux directeur reste fixé à 0,25%.

En parallèle, l’institution a annoncé la poursuite de son programme de rachat d’actifs. La politique monétaire de la RBNZ demeure largement accommodante. L’institution cherche à soutenir l’activité économique face aux effets dévastateurs de la pandémie de Covid-19. Si la propagation de cette dernière a été contenue, l’institution souligne que des défis majeurs persistent.A l’avenir, la RBNZ se dit prête à élargir sa palette d’intervention si nécessaire.

EUR/NZD : Une dynamique baissière mais un rebond à prévoir

Depuis son point haut à 1,9933 en mars, l’euro s’est complètement écroulé incapable de trouver un support pour rebondir. Certes, la dynamique de fond est baissière, néanmoins, nous pouvons voir que la paire a marqué un point bas sur le niveau des 1,7190. Cette zone de prix constitue un support mensuel testé à de nombreuses reprises par le passé. De ce fait, le marché devrait retourner travailler tester ce seuil.

Plusieurs scénarios…



Lire l’article

Tesla inc. : Après avoir dépassé Toyota, Tesla n’en finit plus de flamber en Bourse



(BFM Bourse) – Devenu le constructeur le mieux valorisé de la planète mercredi, Tesla ne compte visiblement pas s’arrêter en si bon chemin et s’envole de nouveau à l’ouverture des échanges jeudi, après avoir battu les estimations de Wall Street sur ses livraisons de véhicules au deuxième trimestre. Elon Musk a également annoncé mercredi que le groupe contribuait à l’élaboration de la technologie médicale permettant au laboratoire CureVac de développer un vaccin contre le coronavirus.

Après avoir détrôné Toyota mercredi au rang de premier constructeur automobile mondial en termes de capitalisation, 17 ans seulement après sa création, Tesla poursuit son spectaculaire rallye boursier avec un bond de 8,99% à l’ouverture des échanges jeudi, à 1.220,77 dollars (le groupe s’est introduit en Bourse à 17 dollars par action il y a tout pile 10 ans) qui porte sa hausse à près de 190% (!) depuis le 1er janvier. La capitalisation boursière du groupe atteint 226 milliards de dollars, soit plus de 34 fois celle de Renault.

La nouvelle flambée du jour est à mettre sur le compte des chiffres de production et de livraisons de véhicules au deuxième trimestre, meilleurs qu’attendu par les analystes de Wall Street. Tesla a livré 90.650 véhicules sur les trois derniers mois, ce qui est nettement supérieur au consensus qui misait sur 74.130 véhicules, selon Refinitiv, ainsi…



Lire l’article

Les revenus publicitaires d’Amazon en ligne augmentent de façon régulière


Google et Facebook ont longtemps été considérés comme invincibles dans le secteur des revenus publicitaires en ligne. Il y a quelques années, quand Amazon a annoncé qu’il autoriserait les entreprises à faire de la publicité sur sa plateforme, peu de gens ont pensé à la façon dont cela allait perturber l’industrie. 

Des données récentes recueillies sur les recettes publicitaires américaines en 2019 et 2020 révèlent une diminution de la part de marché de Google et de Facebook, au détriment d’Amazon. Les chiffres réels favorisent toujours la vieille garde (Google et Facebook), mais le taux de croissance d’Amazon place certainement les choses dans une perspective différente.

La pandémie menace les revenus en ligne de Google et Facebook

Le modèle commercial semble changer pour le secteur de la publicité en ligne. Le plus grand avantage pour Amazon est la forte performance qu’il a eu et a encore pendant la pandémie.

Les gens étant obligés de rester chez eux, ils se sont tournés vers les achats en ligne, Amazon étant le choix souhaité. Plus le trafic a augmenté, plus les gens sont exposés à la publicité gérée par Amazon – une publicité ciblée pour des produits similaires au comportement d’achat du consommateur. Ce modèle n’est pas nouveau et Amazon le gérait bien avant la crise du coronavirus, mais maintenant, l’écart de revenus va encore se réduire.

En comparaison, Google et Facebook ont un modèle commercial…



Lire l’article

L’industrie du trading en ligne gagne en popularité


Le secteur du trading en ligne a connu une augmentation spectaculaire du nombre d’utilisateurs pendant la pandémie de coronavirus. Comme les gens étaient obligés de rester chez eux dans de nombreuses régions du monde pendant au moins deux mois, l’internet est devenu la “porte vers le monde extérieur”.

Gagner de l’argent en ligne n’a rien de nouveau – il existe une énorme industrie, allant des paris sportifs, des jeux d’argent en ligne au trading en ligne. Bien entendu, chaque industrie a ses propres caractéristiques, mais elles s’adressent toutes à un type d’individu – celui qui est prêt à prendre un risque pour augmenter son capital.

La pandémie de coronavirus a vu l’essor du day trader – une tendance particulièrement visible aux États-Unis. L’application de trading Robinhood a à peine réussi à gérer le nombre de plus en plus élevé de nouveaux utilisateurs, souvent cité dans les médias américains comme responsable des avancées/des reculs du marché des actions.

Cependant, qu’est-ce qui a provoqué un tel changement dans le secteur du trading en ligne ?

Les sites de paris sportifs ont connu une baisse spectaculaire de leur trafic pendant la pandémie

Le trading en ligne est en plein essor. La pandémie s’étant propagée dans le monde entier, les événements sportifs ont été les premiers à être annulés. Imaginez que la Coupe d’Europe de football UEFA Euro 2020 ait été annulée à cause de COVID-19 – tout…



Lire l’article

Cas possibles pour le cours de l’euro dollar suite au rapport NFP


Points-clés de l’article :

  • Le marché attend ce jeudi à 14h30 le rapport NFP avec un consensus à 3 millions d’emplois créés aux Etats-Unis. Le chiffre sera instructif sur la forme de la recovery US.
  • La remontée du cours de l’euro dollar se poursuit sur fond d’attrait pour le risque sur les marchés financiers. Quel est le message de l’analyse technique ?

Montant total des emplois aux Etats-Unis (NFP) – source TradingView

Cas possibles pour le cours de l’euro dollar suite au rapport NFP

Le marché attend ce jeudi à 14h30 le rapport NFP avec un consensus à 3 millions d’emplois créés aux Etats-Unis. Le chiffre sera instructif sur la forme de la recovery US

La reprise de l’économie américaine est plus rapide qu’anticipée si l’on en croit les indices PMI de l’ISM publiés hier. La composante des services et la composante manufacturière sont repassés au-dessus de 50, l’économie US n’est donc plus en contraction et il va falloir maintenant confirmer cette donnée positive dans la durée.

Les indices PMI sont basés sur un sondage auprès des directeurs d’achat dans les entreprises, passons donc maintenant à l’économie réelle concrète avec le rapport NFP du mois de juin aux Etats-Unis. Le graphique ci-dessus montre que le Covid a détruit plus de 20 millions d’emplois aux Etats-Unis. Mais ce cycle destructeur est révolu et depuis 1 mois, l’économie US crée à nouveau des emplois. Pour le mois de juin, le consensus est à un solde net de plus de 3 millions d’emplois. Si cela…



Lire l’article

Cac 40 : Retour de l’optimisme et des 5000 points à la Bourse de Paris



(BFM Bourse) – En espérant voir le rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis apporter davantage de carburant au mouvement des actions, le marché parisien accélère de 1,4% à la mi-séance jeudi.

Cantonné depuis une semaine à un canal d’évolution d’une centaine de points, le CAC 40 apparaît vouloir sortir par le haut de cette phase d’indécision, en accélérant de 1,4% à 4.995,99 points vers 12h35 jeudi. Un peu plus tôt en séance, l’indice tricolore a même fait une incursion au-dessus du fameux seuil (plus symbolique que technique) de 5000 points, poussant jusqu’à 5019 points. Sans être exceptionnels, à 1 milliard d’euros les volumes sont déjà plus fournis que la veille au même moment.

Si la situation sanitaire ne s’améliore pas aux Etats-Unis, bien au contraire avec un nombre de nouvelles infections encore jamais enregistré en 24 heures, soit 52.898 cas ce mercredi, les résultats cliniques préliminaires du projet de vaccin mené par Pfizer en partenariat avec la biotech mayençaise BioNtech relancent l’espoir de voir à terme éclore une solution thérapeutique.

En parallèle, les opérateurs espèrent que la livraison de statistiques du jour continuera à apporter de bonnes nouvelles. On se souvient que l’annonce par le bureau des statistiques américains d’un nombre époustouflant de créations de postes en mai avait en grande partie donné le ton au rebond qui avait suivi. Le rapport pour…



Lire l’article

L’ADP de juin ne répond pas aux attentes


Aujourd’hui, c’est la publication des salaires non agricoles (NFP) – en raison des vacances du 4 juillet, la donnée économique la plus importante des États-Unis est publiée un jour plus tôt. Publiées en même temps, les demandes initiales et continues aideront les traders à se faire une idée complète du marché du travail américain.  

Si nous voulons avoir une idée précise de la situation après la publication hier de l’ADP (données sur les salaires dans le secteur privé), le marché est prêt à avoir une bonne surprise. L’évolution de l’emploi total dans le secteur privé non agricole américain a augmenté en juin – le secteur a ajouté 2 369 000 travailleurs.

Un regard détaillé sur les données de l’ADP de juin

Malgré la création de millions d’emplois (ou simplement le retour des gens à leur ancien emploi à la suite de la réouverture de l’économie dans de nombreux États), le nombre de personnes n’a pas été à la hauteur des prévisions. Le marché s’attendait à environ un demi-million d’emplois supplémentaires pour l’ADP de juin, de sorte que ce chiffre manqué a été interprété comme une déception.

Cependant, d’après les données de mai, il a été révisé à la hausse. Plus précisément, de 2 760 000 emplois perdus à 3 065 000 emplois ajoutés. D’une certaine manière, la révision explique le nombre de NFP beaucoup plus élevé que prévu le mois dernier, qui ne correspondait pas à ce que…



Lire l’article

la livre sterling reprend des couleurs


SUJETS ÉVOQUÉS DANS CE BRIEFING DES MARCHÉS :

  • Les bourses européennes terminent en légère baisse
  • Wall Street recule, record pour le Nasdaq
  • Graphique du jour – GBP/USD : un range de moyen terme

Les bourses européennes terminent en légère baisse

Les Bourses européennes ont terminé mercredi la première séance du second semestre en baisse mais loin de leurs plus bas du jour après la publication de bons indicateurs économiques et les résultats prometteurs d’une étude sur un vaccin contre le coronavirus, dont la propagation dans le monde continue d’inquiéter.

Après avoir passé une grande partie de la journée dans le rouge, les indices européens sont brièvement repartis de l’avant dans le sillage de Wall Street grâce aux annonces des laboratoires Pfizer et BioNTech concernant des résultats préliminaires encourageants pour leur candidat vaccin lors des premiers essais sur l’homme.

Les investisseurs ont également salué les résultats de l’enquête mensuelle du cabinet ADP sur l’emploi dans le secteur privé américain et l’annonce de la création de 2,369 millions de postes en juin mais surtout l’importante révision à la hausse du chiffre de mai.

Les bonnes nouvelles sur le front macroéconomique ne s’arrêtent pas là puisque l’activité dans le secteur manufacturier aux Etats-Unis, en zone euro et en Chine a progressé plus que prévu.

Ainsi, l’indice CAC…



Lire l’article

Le billet vert poursuit sa glisse après la Fed


Points clés de l’article :

  • Poursuite d’une politique monétaire ultra accommodante malgré les signes de reprise
  • La tendance négative reste le scénario principal

Poursuite d’une politique monétaire ultra accommodante malgré les signes de reprise

Aux Etats Unis les membres de la Réserve Fédérale (Fed) ont publié leur compte rendu hier soir. Ils sont prêts à soutenir encore d’avantage l’économie américaine soulignant leurs inquiétudes sur les signes de propagation du coronavirus. La Fed est prête à aller encore plus loin dans les mesures apportées à l’économie en achetant des titres à plus long terme. Pour rappel la Fed a déjà annoncé qua sa politique ultra accommodante serait maintenue jusqu’en 2022 et qu’il n’était pas question d’envisager une hausse des taux. Les membres s’interrogent sur la façon de contrôler les taux à long terme sur les bons du trésor américain. Ils sont prêts à racheter la quantité nécessaire pour maintenir les taux longs à des niveaux bas. Ils réfléchissent aussi à communiquer différemment sur leurs objectifs et le niveau des taux attendu.La Fed a déjà racheté plus de 2000 milliards de dollars d’obligations du trésor

Hier aussi étaient publiés les indicateurs PMI. Le manufacturier est ressorti au mois de juin au-dessus des attentes à 49,8 contre 49,6 et le non manufacturier aussi en hausse à 52,6 contre 49,8. Le chiffre ISM manufacturier confirme aussi la reprise…



Lire l’article

CAC 40 : L’indice parisien a ouvert la séance en hausse de +0.73%




https://www.tradingsat.com/cac-40-FR0003500008/actualites/cac-40-lindice-parisien-a-ouvert-la-seance-en-hausse-de-073-920655.html



Lire l’article