Cac 40 : Le retour en forme du Nasdaq permet au CAC 40 de renouer avec les 5.000 points



(BFM Bourse) – Véritable locomotive des marchés mondiaux, le secteur technologique américain mettait fin à une séquence de trois fortes baisses d’affilée mercredi, permettant à l’indice parisien de remonter de 1,4%.

Après trois journées consécutives de correction, marquant la plus forte chute des géants américains des technologies depuis le krach de mars dernier, le Nasdaq Composite repartait de l’avant mercredi, en hausse de 1,8% environ au moment de la clôture parisienne. L’indice des valeurs technologiques américaines avait baissé d’exactement 10% depuis son récent record -une « correction » au sens où les boursiers emploient cette expression- qui n’a cependant fait que ramener l’indice à son niveau du 11 août, ce qui illustre surtout la vitesse à laquelle le Nasdaq avait grimpé jusqu’ici.

Tesla se reprend après une chute historique

Pour Stéphane Déo, de La Banque Postale Asset Managment, cette correction des marchés ces derniers jours doit beaucoup à une rotation sectorielle qui réduit en partie les excès passés sur certaines valeurs en particulier. Ce qui lui fait voir cette correction comme une respiration plutôt saine… « Toutefois, après le rebond initial très violent de l’économie, nous rentrons dans une phase moins porteuse, au-delà de la rotation sectorielle qui est un mouvement transitoire, l’évolution des fondamentaux pourrait donc être…



Lire l’article

Lvmh : Malgré le probable abandon du rachat de Tiffany, l’action LVMH bouge à peine



(BFM Bourse) – Un projet de fusion-acquisition déraille habituellement lorsque la cible est réticente à se livrer à l’acquéreur. Tiffany au contraire fustige les manoeuvres de LVMH pour retarder l’opération, et veut aller en justice pour obliger le géant français à respecter l’accord de rapprochement conclu l’an dernier.

Un scénario sens dessus dessous. Le numéro 1 mondial du luxe, à l’origine l’an dernier des démarches en vue d’une offre de rachat de Tiffany, a indiqué mercredi qu’il ne s’estimait pas en mesure de boucler le rachat du joaillier américain – déclenchant l’ire de ce dernier, qui aussitôt fait part de son intention de traîner LVMH en justice afin de parachever l’acquisition dans les conditions fixées. Une décision qui n’a pas inquiété outre-mesure les investisseurs. L’action LVMH recule à peine à la clôture ce mercredi (-0,087% à 404,5 euros), même s’il s’agit d’une performance relativement médiocre comparé au CAC 40, qui lui progresse de 1,4%.

Le groupe dirigé par Bernard Arnault avait officialisé le 28 octobre 2019 son intérêt pour Tiffany, qui lui aurait permis de muscler son pôle bijouterie. Sur la base du prix évoqué alors (120 dollars par action, soit 14,5 milliards de dollars au total, selon des sources proches) l’opération aurait déjà représenté la plus importante acquisition jamais opérée par le groupe (à comparer à une…



Lire l’article

La démission d’Abe ne change pas la donne pour le yen japonais


Le yen a connu une année intéressante jusqu’à présent. Considéré depuis longtemps comme une monnaie refuge, il cherche une direction à prendre au moins lorsqu’on regarde la paire USDJPY

La faiblesse de l’USD, observée dans tous les domaines, ne s’est pas matérialisée récemment par rapport au JPY. En fait, le yen a même baissé quelque peu par rapport au dollar, mais dans l’ensemble, la paire conserve un ton équilibré.

Ce n’est pas une surprise, pour au moins deux raisons. Premièrement, l’écart de taux d’intérêt entre les deux monnaies a presque disparu lorsque la Fed a réduit les taux à zéro. Deuxièmement, c’est une année électorale aux États-Unis, et la paire USDJPY se consolide généralement avant le résultat de novembre.

Démission d’Abe : un événement normal

La nouvelle que le Premier ministre Abe va démissionner en raison de problèmes de santé personnels a instantanément fait monter le yen. Abe est le responsable de l’Abénomique – un ensemble de mesures qu’il a soutenu il y a plusieurs années, destinées à affaiblir la monnaie locale afin de permettre à la Banque du Japon d’atteindre plus facilement l’objectif d’inflation de 2% – et donc, de stimuler la croissance économique.

À la nouvelle de sa démission, la réaction logique a été le déplacement des paires de yens à la baisse, par crainte de l’arrêt de l’Abenomique. Cette réaction a duré environ un week-end, car le successeur d’Abe va probablement s’en tenir au…



Lire l’article

La livre sterling vendue de toutes parts car le Royaume-Uni viole intentionnellement le droit international


La livre britannique (GBP) est dans une course vers le fond. Elle a souffert des malheurs du Brexit et s’est effondrée à la nouvelle que le Royaume-Uni a l’intention de violer le droit international sur le traité du Brexit.

Il s’agit là d’un événement qui a pris le marché par surprise. À l’exception de la paire EURGBP, qui a rebondi depuis les creux atteints quelques jours avant le week-end, la livre sterling a commencé à baisser depuis lundi. Pour avoir une idée de l’impact, rappelez-vous que la semaine dernière encore, la paire GBPUSD a atteint près de 1,35 et s’échange maintenant dans la zone des 1,29. La même faiblesse apparaît sur toutes les paires de GBP, reflétant la réaction des marchés financiers à l’une des choses les moins britanniques de l’histoire récente.

Que s’est-il passé exactement et pourquoi c’est une mauvaise chose pour la livre sterling ?

En cas de no deal (soudain très probable), le traité convenu d’un commun accord, le “protocole sur l’Irlande du Nord”, sera dénoncé unilatéralement. Cela nuit à la crédibilité du Royaume-Uni et met l’Union européenne dans une position délicate pour aller de l’avant.

Il se pourrait très bien que cela ne soit qu’une partie des négociations pour faire aboutir le Brexit. Mais la façon de procéder risque de compromettre l’avenir du Royaume-Uni. Il est en effet peu probable que l’Union européenne se retire de la table des négociations. Ce qui est probable, c’est qu’il n’y a plus de…



Lire l’article

Tesla baisse de 21% après le refus de l’inclusion dans le S&P 500


Tesla vient de vivre le pire jour de son histoire : le cours de son action a chuté de plus de 21 % en une seule journée de bourse, alors que le Nasdaq 100 a été liquidé. Les grandes entreprises technologiques ont souffert ensemble, le marché ayant réduit sa capitalisation boursière de plusieurs milliers de milliards, et tout le monde était content lorsque la cloche de clôture a sonné, la douleur ayant pris fin pour la journée.

Beaucoup diront que ce n’est pas une surprise et que le cours de l’action Tesla devait subir une correction. Si cela est vrai, mettons les choses en perspective et n’oublions pas que Tesla est toujours en hausse de plus de 625 % sur l’année. De plus, elle a procédé à un fractionnement d’actions et a même levé cinq milliards de dollars en émettant de nouvelles actions.

Inclusion du S&P 500 refusée

L’une des raisons du déclin important de Tesla est l’impossibilité d’être inclus dans le S&P 500. Certains gestionnaires passifs qui ont négocié en prévision de l’annonce ont été contraints de rééquilibrer à nouveau leurs portefeuilles – ajoutant littéralement de l’huile sur le feu.

Au lieu d’ajouter Tesla, le S&P500 a ajouté le distributeur en ligne Etsy, l’entreprise de technologie médicale Catalent et Teradyne (un fabricant d’équipements de semi-conducteurs). Coty, Kohl, et H&R Block Inc. ont été remplacés.

Ces trois entreprises ont été ajoutées au prestigieux indice établi à la suite de l’annonce de la…



Lire l’article

Nasdaq Composite : L’amplitude de la consolidation à venir est définie


(BFM Bourse) – Avec une bougie qui est l’exact symétrique de celle du 02 septembre, l’indice Nasdaq Composite a achevé hier, au lendemain d’un jour férié, la définition de l’ampleur d’une large consolidation à venir. Une réaction à l’achat est dores et déjà à anticiper ce mercredi. Au final, entre les points hauts du 02 septembre, c’est-à-dire les sommets absolus, et les points bas de la séance de mardi, il y a près de 1 250 points. Un reflux qui peut paraitre ample – et il l’est, en valeur absolue – , mais qui reste finalement assez limité, au regard de la très puissante avancée estivale.

Cette vague de prises de profits a été déclenchée par les révélations du FT sur le lien de cause à conséquences entre le montage réalisé par le conglomérat japonais SoftBank (via des prises de positions au travers d’options d’achat à un niveau apparemment exceptionnel) et l’ascension vertigineuse des techs américaines tout au long de l’été. Toutes nos explications ici.

Du côté de la recherche d’un vaccin anti-Covid, les nouvelles sont décevantes, avec le vaccin d’AstraZeneca développé en partenariat avec l’Université d’Oxford, qui voit son processus de mise au point stopper momentanément, en pleine Phase III. C’est à ce stade, le produit le plus avancé dans le monde occidental, avec celui de Moderna.

Côté valeurs, nous notions hier que les « moteurs » de la hausse estivale seront naturellement les principaux…



Lire l’article

Cac 40 : La Bourse de Paris mise sur un rebond du Nasdaq et repart timidement de l’avant



(BFM Bourse) – Les contrats à terme signalant un rebond de l’indice technologique américain après 10% de repli depuis son récent pic, l’atmosphère se détend quelque peu mercredi à la mi-journée en Bourse de Paris. Sans effacer pour autant les nombreuses incertitudes du moment.

L’un des projets de vaccins les plus avancés contre le coronavirus se heurte à un obstacle, obligeant AstraZeneca à mettre en pause un essai clinique. La course à la Maison-Blanche promet son lot d’initiatives potentiellement déstabilisantes de la part du président des Etats-Unis mis en difficulté dans les sondages, sans parler de la dégradation de la situation sanitaire et économique de plusieurs grands pays émergents… Mais c’est la perspective de voir le Nasdaq Composite rebondir qui soutient le marché parisien mercredi à la mi-séance. Vers 12h25, l’indice CAC 40 grappille 0,45% à 4.995,76 points, dans un volume peu étoffé de 780 millions d’euros.

Outre-Atlantique, les marchés ont de nouveau ployé mardi, le Nasdaq Composite enregistrant une troisième séance de forte baisse, soit -4,11% sur la séance. L’indice des valeurs technologiques américaines a ainsi baissé d’exactement 10% depuis son récent record, zone conventionnellement appelée « correction » (à -20%, on parle alors de marché baissier, ou bear market). Ce faisant, le Nasdaq n’a fait que revenir à son niveau du 11 août, ce qui montre bien à quelle…



Lire l’article

La livre sterling plombée par la défiance de Londres de ses engagements avec l’UE


Points-clés de l’article sur l’EUR/GBP :

  • Faute d’accord commercial, Londres serait prêt à revenir sur ses engagements
  • Retour de l’EUR/GBP en haut de son canal baissier

Faute d’accord commercial, Londres serait prêt à revenir sur ses engagements

La livre sterling est en nette baisse depuis le début de la semaine après un changement de stratégie pour le moins inattendu de la part du Royaume-Uni. Le gouvernement britannique a pris le monde par surprise en voulant renoncer à certains de ses engagements de l’accord de divorce avec l’UE.

Selon le Financial Times, Londres ne garantirait plus l’absence de frontière physique entre les deux Irlande en cas de « no-deal ». Etant donné que l’accord a été ratifié en début d’année des deux côtés de la Manche, ce serait une violation du droit international, ce qui a motivé le directeur des services juridiques du gouvernement britannique, Jonathan Jones, a démissionné mardi.

Cette information inquiète particulièrement les cambistes puisqu’elle intervient alors que les deux camps n’arrivent toujours pas à se mettre d’accord sur un accord commercial. Le huitième cycle de négociation qui a commencé mardi et doit se terminer jeudi promet donc d’être pour le moins sportif pour les opérateurs de marché. Un rebond de la livre semble très peu probable sans avancée significative dans les pourparlers.

Sur le marché des changes, ce changement de cap du gouvernement…



Lire l’article

Mes 3 pires crash en 18 ans de trading ????


Les crash font partie du trading. Que ce soit sur les graphiques, ou dans sa vie de trader

C’est dans ces moments-là qu’on se met à douter : ai-je bien fait de prendre ce trade ? Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? Est-ce que le trading est fait pour moi ? …

???? Et si je vous disais qu’il y a du bon dans ces crash ?

Aujourd’hui, Sylvain nous raconte ces 3 pires crashs et ce qu’il faut en retenir.

Regardez la vidéo pour les découvrir :





Lire l’article

Les devises brexit souffrent contre le yen à des degrés différents


Points clés de l’article :

  • La baisse des actions et le Brexit alimentent des flux vers le yen
  • EUR/JPY : Le support à 124,40 doit être préservé
  • GBP/JPY La chute de la livre pourrait se poursuivre

La baisse des actions et le Brexit alimentent des flux vers le yen

La vente des actions technologiques mardi s’est poursuivi pour le troisième jour d’affilée et a entraîné une baisse générale du marché des actions dans le monde avec comme corolaire une demande accrue de liquidités pour les actifs refuges comme le yen. Après avoir atteint un niveau record la semaine dernière, les inquiétudes concernant les évaluations des sociétés ont provoqué une longue liquidation et des prises de bénéfices dans le secteur technologique. Par ailleurs, les préoccupations sur les relations commerciales entre la Chine et les Etats Unis ont aussi pesé sur les actions mardi après que le président Trump ait déclaré qu’il avait l’intention d’interdire les entreprises qui font des affaires avec la Chine de remporter des contrats fédéraux.

L’euro et la livre souffrent aussi de la reprise difficile des négociations sur le Brexit. La devise britannique est celle qui est la plus pénalisée par les opérateurs. Le Premier ministre irlandais Martin a averti le Premier ministre britannique Johnson de ne pas essayer de modifier l’accord Brexit que l’Irlande a signé avec le Royaume-Uni l’année dernière. Le Premier ministre Johnson tente d’élaborer une…



Lire l’article